14/10/2010 | communication | PDF | imprimer | 

Cressier (FR)

Comm. FR, distr. du Lac. Ancienne seigneurie. Village à majorité francophone et catholique, au sein d'une contrée germanophone et protestante. 1080 Crisei, ancien nom all. Grissach. 211 hab. en 1811, 359 en 1831, 326 en 1850, 350 en 1900, 395 en 1950, 729 en 2000. Traces d'habitat du Bronze moyen; tumulus hallstattiens (découverts en 1971). Dès le XIIe s., le territoire de la commune actuelle forme une petite seigneurie, fief des Thierstein, acquise par la ville de Fribourg en 1442. C. dépend dès lors et jusqu'en 1798 de la Bannière de l'Hôpital. La seigneurie passe par alliance des Cressier aux Bubenberg, puis est vendue et démembrée à plusieurs reprises. En 1529, les Praroman en deviennent les propriétaires, mais Fribourg réclame le droit de souveraineté et la justice pénale. Les Reynold en sont les propriétaires dès 1699. Le manoir et son domaine, aux somptueuses décorations intérieures, bâti entre la fin du XVIe s. et 1661, qui remplace un petit bâtiment du XVe ou du XVIe s., leur appartient jusqu'en 1980. Les autres droits féodaux, acquis par les Reynold, sont progressivement rachetés par les habitants. Le droit de collation de la paroisse de C. (mention en 1228) relève de la seigneurie; il dépend de Fribourg du XVIe au XIXe s. L'église Saint-Jean-l'Evangéliste (patronage attesté en 1402) est rebâtie de 1841 à 1844. La chapelle Saint-Urbain, hors du village, attestée en 1464, est reconstruite en 1622 et peut-être en 1697. La construction de la gare sur la ligne ferroviaire Fribourg-Morat en 1898 est à l'origine d'un quartier nouveau. Le village a gardé son caractère rural: industrie fromagère (emmental jusqu'en 1998, Mont Vully dès 1994) et cultures céréalières. Siège depuis 1992 de l'entreprise DiaMed (techniques médicales).


Bibliographie
– Dellion, Dict., 4, 406-417
– B. de Vevey, Châteaux et maisons fortes du canton de Fribourg, 1978, 93-95
MAH FR, 4, 1989, 163-202

Auteur(e): Marianne Rolle