No 1

Pfürtner, Stephan

naissance 23.11.1922 (Hubertus) à Dantzig,décès 2.7.2012 à Marbourg, cath., Allemand. Fils de Joseph, typographe, et de Maria Kotzki. ∞ 1974 Irmgard Bloos, médecin. Etudiant en médecine et soldat durant la Deuxième Guerre mondiale. Arrêté deux fois par la Gestapo pour opposition au régime nazi. P. entre en 1945 chez les dominicains. Etudes de théologie à Fribourg, Walberberg (comm. Bornheim, près de Cologne) et Rome (doctorat à l'Angelicum, 1954). P. enseigne la théologie morale à Walberberg, puis à l'université de Fribourg, où il est professeur (1966-1974). En 1971, lors d'une conférence à Berne, P. affirme que la sexualité est une dimension importante de l'épanouissement humain et restreint le rôle des préceptes moraux. Accusé de se démarquer du magistère de l'Eglise en matière d'éthique sexuelle, P. se démet de sa chaire, puis quitte son ordre en 1974. Il poursuit sa carrière académique en Allemagne à la faculté de théologie évangélique de Marbourg comme professeur d'éthique sociale jusqu'en 1988. Nommé Juste parmi les nations pour l'aide apportée à trois juives fuyant un camp de concentration (2007).


Oeuvres
Kirche und Sexualität, 1972
Nicht ohne Hoffnung, 2001 (autobiogr.)
Bibliographie
– L. Kaufmann, Ein ungelöster Kirchenkonflikt: der Fall Pfürtner, 1987
Hist. de l'Université de Fribourg Suisse, 1889-1989, 2, 1991, 557-558; 3, 1992, 979-980
– A. Bondolfi, «Stephan Hubert Pfürtner (naissance 1922)», in Portraits théologiques, éd. B. Bürki, S. Leimgruber, 1998, 366-380

Auteur(e): Jacques Rime