No 2

Bays, Marguerite

naissance 8.9.1815 à Chavannes-les-Forts, décès 27.6.1879 à Chavannes-les-Forts, cath., de Siviriez. Fille de Pierre-Antoine et de Marie-Joséphine Morel, agriculteurs. B. suit deux à trois ans l'école primaire, puis travaille comme couturière. Très pieuse, elle participe activement à la vie paroissiale et fréquente de nombreux pèlerinages. Restée célibataire, elle adhère au tiers ordre séculier de saint François en 1860 et entretient des liens étroits avec l'abbaye de La Fille-Dieu où une de ses filleules entre comme religieuse. Atteinte d'un cancer en 1853-1854, on attribue sa guérison, le 8 décembre 1854, à l'intercession de la Vierge dont le pape Pie IX proclame au même moment le dogme de l'Immaculée Conception. Dès lors, B. est considérée comme une mystique et en présente divers signes. Elle manifeste, par exemple, un sommeil extatique accompagné de stigmates tous les Vendredis saints. A la demande de son curé, un médecin procède à un examen; marqué de scepticisme, celui-ci conforte toutefois les croyants. Ces manifestations, ainsi que la simplicité et l'honnêteté des mœurs de B., l'ont créditée de son vivant déjà d'une réputation de sainteté. Le chanoine Joseph Schorderet, à la tête du clergé fribourgeois activement engagé dans la résistance au libéralisme et dans l'édification d'une cité catholique, perpétuera le souvenir de B. avec l'Œuvre de l'Apostolat de la Presse (imprimerie, journal et congrégation) qu'il a créée en 1873. La spiritualité de B., centrée sur la dévotion au Sacré-Cœur et à la Vierge, est très typique de la religion populaire diffusée dans le canton de Fribourg au XIXe s. Une première procédure en vue d'une béatification est engagée dès 1927; reprise en 1953, elle aboutit à la reconnaissance par Rome de l'héroïcité de ses vertus et d'un miracle opéré en 1940. Sa béatification est décrétée le 29 octobre 1995.


Bibliographie
– R. Loup, Marguerite Bays, 41980
– H. Conus, Positio super virtutibus, 1986

Auteur(e): Francis Python