03/03/2011 | communication | PDF | imprimer

Marly

Comm. FR, distr. de la Sarine, sur la Gérine, à 5 km au sud de Fribourg. Bourg industriel et centre régional. Fusion des comm. de M.-le-Grand et M.-le-Petit en 1970, de M. et Chésalles en 1976. 1055 in marlensi, 1466 Mertellach, ancien nom all. Mertenlach. 435 hab. en 1850, 774 en 1900, 1334 en 1950, 4329 en 1980, 7184 en 2000 (17,3% de germanophones).

Deux tumulus hallstattiens au Port. Villa gallo-romaine aux Râpettes (Ier-seconde moitié du IIIe s. apr. J.-C.). Sépultures du haut Moyen Age au lieudit Publiet. Entre les XIIe  et XIVe s., les familles locales vassales des seigneurs d'Arconciel furent les bienfaitrices du couvent d'Hauterive (les Marly, les Vuicherens, les Messel). M. fit partie des Anciennes Terres (bannière du Bourg) au plus tard dès 1442, puis du district de Fribourg de 1798 à 1848. La paroisse de M., dans le décanat de Fribourg après 1157, englobait au bas Moyen Age les communes de M., Pierrafortscha, Villarsel, Saint-Sylvestre, Chevrilles et Tinterin. L'église paroissiale Saint-Pierre (dès 1663 Saints-Pierre-et-Paul), mentionnée pour la première fois en 1294, fut incorporée en 1491 à l'église Saint-Nicolas de Fribourg. Elle est connue pour une Vierge ouvrante en bois polychrome (env. 1360), les fonts baptismaux (1511) et un retable baroque. En 1630, la paroisse fut réduite aux communes de M.-le Grand (40 feux vers 1650), M.-le Petit (4 feux), Pierrafortscha (18) et Villarsel (6), soit environ 400 personnes. Les raisons de langue ne sont pas étrangères à cette délimitation, la nouvelle paroisse étant majoritairement francophone. Les premiers statuts communaux datent de 1600 pour M.-le Grand, de 1764 pour M.-le Petit. Maison de maître de 1664, rénovée au XVIIIe s. Tradition artisanale ancienne (XIIe s.-XIIIe s.): forge, scie, moulins, martinets s'établirent sur la Gérine. Foulon à textile et poudrière (XVIe -XVIIIe s.). Fromageries au XIXe s. Une papeterie renommée exista de 1411 à 1921. Fabrique d'accumulateurs (1886-1920), industrie horlogère (1962), construction de chalets (1978). Ciba-Geigy implanta un centre de recherche et de développement pour la photographie en 1963, une division "matières plastiques et additifs" en 1980 et employait alors 1000 collaborateurs. La crise des années 1990 provoqua le démantèlement de cette industrie, le groupe Ciba ayant décidé de ramener à Bâle, dès 1999, tout son centre de recherche. Entre 1960 et 1970, la commune accueillit 2534 nouveaux habitants, dont 651 de langue allemande, d'où une crise de croissance et d'identité. Des classes bilingues avaient existé temporairement au XIXe s.; à partir de 1970 (1963 à M.-le-Petit), la commune autorisa les élèves germanophones à fréquenter les classes allemandes de Fribourg et assuma les dépenses; cette mesure engendra des discussions et un conflit juridique sur le principe de la territorialité des langues au début des années 1990.


Bibliographie
– G. Andrey, «Du moulin à papier à la bibliothèque...», in Ann. frib., 1977-1978, 201-233
– L. Monteleone, dir., Marly, son hist., 1992

Auteur(e): Claude Simonet