Corminboeuf

Commune FR, district de la Sarine, comprenant Chésopelloz depuis 2017. 1142 Cormenbo, aux XVe et XVIe s. Sankt Görg (Saint-Georges). La commune autonome de Nonan fut incorporée à C. en 1831. 226 hab. en 1811, 335 en 1850, 414 en 1900, 468 en 1950, 413 en 1960, 1621 en 2000.

1 - De la préhistoire à l'époque romaine

La découverte archéologique majeure de C. est celle d'un grand tumulus du premier âge du Fer (Hallstatt). Erigée au sommet d'un petit plateau, dans le Bois Murat, la tombe a été mise au jour en 1909 lors de travaux de construction. Le tertre dégagé était constitué de gros galets serrés formant une structure ovale de 15,8 x 19,2 m enfouie sous une masse de terre. Le mobilier recueilli était composé de dix-neuf assiettes en tôle de bronze et d'une jambe en bronze massif, considérée par Henri Breuil comme une jambe de statuette d'influence méditerranéenne (Sardaigne ou Italie du Nord), interprétée aujourd'hui comme support de récipient en bronze. D'autres fragments en bronze et en fer, ainsi que des traces de récipients décomposés, en bois ou en terre, y étaient associés. D'après la description laissée par les archéologues, l'ensemble constituait les restes d'une sépulture déjà pillée. L'intérêt du tumulus, daté des environs de 550-520 av. J.-C., est à replacer dans le contexte politique, géographique et économique de la deuxième moitié du VIe s. av. J.-C. Cette période est marquée par un essor commercial sans précédent entre le monde méditerranéen et le monde celtique, au nord des Alpes. L'une des voies reconnues traversait le Plateau suisse en remontant le cours de la Sarine. Cette sépulture pourrait être liée à l'habitat de hauteur de Châtillon-sur-Glâne, distant de 2,4 km et situé au confluent de la Glâne et de la Sarine.

Une photographie aérienne de 1989 montre clairement le plan d'une villa de grande dimension, à l'extrêmité du plateau de Nonan, sur la voie romaine reliant Villars-sur-Glâne à Payerne. Signalé dès 1869, le site a livré, lors de travaux de terrassement et lors des labours, des fragments de tuiles à rebords, des tesselles de mosaïques, des blocs architecturaux, une colonne et des inscriptions sur calcaire blanc, ainsi que des tessons de terre sigillée et d'amphore espagnole. Le mobilier découvert est daté du Ier  au IIIe s. apr. J.-C. La période comprise entre la fin du IIIe s. et le XIIIe s. n'a livré aucun vestige archéologique.

Auteur(e): Denis Ramseyer

2 - Du Moyen-Age au XXe s.

L'hôpital de Fribourg y acquiert des terres dès le XIIIe s., dont le village de Nonan en 1250. Rattachée aux Anciennes Terres (bannière de l'Hôpital) en 1442 déjà, au district de Fribourg de 1798 à 1848. En 1767, Nonan et C. se partagent le grand Marais, assaini vers 1850. Maisons de maître: de Weck au Bugnon (XVIIe), Schaller (XVIIIe), Reynold à Nonan (XVIIIe). C. fait partie de la paroisse de Belfaux; chapelle romane citée en 1354, dédiée à saint Georges. Nouveau bâtiment scolaire en 1967. C. développe un caractère résidentiel dès 1960 et fait partie du "Consortium de la nouvelle zone industrielle" du grand Fribourg en 1969. Centrale de diffusion de l'Office du Livre (1990). Mouvement pendulaire vers le grand Fribourg (plus des trois quarts de la population active en 2000).

Auteur(e): Marianne Rolle

Références bibliographiques

Bibliographie
– H. Breuil, «Un tumulus hallstattien au Bois Murat près Matran», in ASA, 12, 1910, 169-181
– N. Peissard, Carte archéol. du canton de Fribourg, 1941, 42
– J.-C. Simonet, Corminbœuf, dactyl., 1981
– C. Buchiller, «Le tumulus du Bois Murat et son matériel», in Die Welt der Etrusker, éd. H. Heres, M. Kunze, 1990, 155-163
– J. Curty, Corminbœuf, dactyl., 1990