Bonnefontaine

Ancienne commune FR, district de la Sarine, ayant fusionné en 2003 avec Essert, Montévraz, Oberried (FR), Praroman et Zénauva pour former la commune du Mouret. Située à la frontière des langues (franç. et all.; 83% de francophones en 1990) entre la Sarine et la Gérine, elle a absorbé Montécu en 1989. Vers 1149/1179 Bona Fontana, Bonus Fons; ancien nom all. Muffethan. 213 hab. en 1811, 277 en 1850, 358 en 1870, 367 en 1900, 321 en 1950, 280 en 1970, 500 en 2000 (y compris Montécu). Vers 1149, Marie de B. et son fils donnèrent au monastère d'Hauterive leurs droits d'essartage dans les joux (forêts) royales. En 1237, Aymon de Montagny inféoda à Guillaume d'Englisberg ses territoires de Planfayon et de B. Les Bernois attaquèrent B. en 1448 lors de la guerre contre Fribourg. B. fut rattaché aux Anciennes Terres de Fribourg (bannière du Bourg) sous l'Ancien Régime, aux districts de La Roche de 1798 à 1803, de Fribourg de 1803 à 1848. Annexe de la paroisse d'Ependes (FR) jusqu'au XVIIe s., puis de celle de Praroman, B. fut érigé en paroisse en 1898. L'église (1894), lieu de pèlerinage, est dédiée à Notre-Dame-de-Lourdes. Fabrication de chapeaux de paille au XIXe s. Conservant son caractère agricole (élevage bovin), B. est aussi devenue une localité résidentielle.


Bibliographie
– Dellion, Dict., 9, 197-199
– B. Dafflon, Etude en vue de la fusion des communes de Bonnefontaine et Montécu, 1987

Auteur(e): Marianne Rolle