05/01/2015 | communication | PDF | imprimer | 

Vuadens

L'édition imprimée de cet article comporte une image. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Comm. FR, distr. de la Gruyère. 516 curtis Wadingum, 929 Vuadingis, ancien nom. all. Wüadingen. 780 hab. en 1811, 948 en 1850, 1193 en 1900, 1341 en 1950, 1657 en 2000. En 1973, lors de la construction de l'autoroute A12, on a retrouvé, sous les fondations d'une villa, dans le quartier du Briez, trois tombes à incinération de l'âge du Bronze (civilisation des Champs d'Urnes, 1300-1200 av. J.-C). Dans le quartier du Maupas, 115 tombes alignées du haut Moyen Age. Outils en fer de la même époque dans des tombes au Dally et au Crêt de la Mottaz. V. fit partie du domaine royal burgonde; en 516, le roi Sigismond en fit don à l'abbaye de Saint-Maurice. En 1317, V. passa à la maison de Savoie, puis fut réuni à la châtellenie de Corbières; il devint en 1454 propriété du comte de Gruyère. Les sires de Gruyère-Aigremont (branche bâtarde des Gruyère) bénéficièrent dès 1479 de l'exercice de la juridiction de V. et y possédaient un manoir qui existe encore. Les premiers statuts communaux datent de 1551. En 1553, V. passa sous la souveraineté de Fribourg (bailliage de Corbières). Dès 1798, la commune fit partie du district de Bulle, dès 1848 de celui de la Gruyère. V. dépendit de la paroisse de Bulle (chapelle dédiée à saint Sylvestre) et fut érigé en paroisse en 1602. La première église fut consacrée en 1615; reconstruite et élargie à la fin du XVIIIe s., elle brûla en 1866. L'église Saint-Sylvestre actuelle fut consacrée en 1869.

En 1752, les frères Pidoux ouvrirent une faïencerie qui périclita rapidement. Situé sur la route de Bulle à Vevey, V. fut considéré longtemps comme l'une des communes les plus opulentes du canton: au XIXe s., elle vivait essentiellement de l'élevage, activité célébrée par Sylvestre Pidoux dans ses poyas; elle comptait trois fromageries. L'exploitation des forêts et le commerce du bois y étaient une source importante de revenus. Le tressage de la paille y était également très pratiqué. V. bénéficie de deux lignes de chemin de fer: au nord celle de Bulle-Romont (1868) et au sud celle de Bulle-Châtel-Saint-Denis (1903). L'entreprise Guigoz (lait en poudre) s'installa à V. en 1914 (fermée en 1991). Elle occupait plus de cent employés et traitait parfois plus de 40 000 kg de lait par jour. Si V. reste une commune où l'agriculture est importante (24% des emplois en 2005), elle est devenue résidentielle, en raison du développement de Bulle, avec un très fort pourcentage de navetteurs (74% de la population active en 2000). Le nom de V. est souvent associé à celui des Colombettes en raison du Ranz des vaches. Au milieu du XIXe s., Charles Moret y établit des bains de vapeur aux herbages de montagne. On y pratiquait aussi des bains de lait et de petit-lait. A la fin du XXe s., l'hôtel des Colombettes était le point de ralliement des Fribourgeois émigrés et reste au début du XXIe s. un endroit très fréquenté.


Bibliographie
– C. Fontaine, Vuadens, 21980
– C. Buchillier, «Vuadens/Le Briez au cours des siècles, à la fois lieu de vie et ultime demeure», in Cah. d'archéol. fribourgeoise, 13, 2011, 4-57
– Ch. Mauron, «Lait Guigoz», in La Gruyère dans le miroir de son patrimoine, 2011, 78-88

Auteur(e): François Genoud