Sorens

Comm. FR, distr. de la Gruyère, située près de l'axe routier Bulle-Fribourg sur le versant oriental du Gibloux. 974-975 Sotringus, ancien nom all. Soring. 382 hab. en 1800, 605 en 1850, 801 en 1900, 806 en 1910, 769 en 1950, 836 en 2000. Statère en or de l'âge du Fer, vestiges d'un bâtiment chauffé et orné de peintures murales de l'époque romaine aux Gauderons (entre 160-220), monnaie de Gordien III (238-244). S. fut possession des seigneurs de Corbières, puis de ceux d'Everdes-Vuippens qui cédèrent une partie de leurs droits à l'abbaye d'Humilimont. Les sires de Vuippens ainsi que les habitants de S., de Vuippens et de Gumefens signèrent un traité de combourgeoisie avec Fribourg en 1479. Passé sous le contrôle de Fribourg en 1549, S. fit ensuite partie du bailliage d'Everdes-Vuippens jusqu'en 1798. Au spirituel, S. releva de Vuippens, avant de devenir paroisse en 1861. L'église Saint-Michel, conçue par Fernand Dumas en 1933, fut consacrée en 1935. Les entreprises importantes de S. sont Mapei Suisse SA (composants pour la construction) et Grisoni-Zaugg SA (station de malaxage et gravière). En 2005, le secteur primaire fournissait encore 27% des emplois.


Bibliographie
– J. Tornare, «Sorens», in L'Ami du patois, 1975, no 1, 18-23
– M. Gross, Sorens, 1981

Auteur(e): Alain-Jacques Czouz-Tornare