24/03/2009 | communication | PDF | imprimer
No 1

Lindtberg, Leopold

L'édition imprimée de cet article comporte une image. Commandez le DHS chez notre éditeur.

naissance 1.6.1902 (Leopold Lemberger) à Vienne,décès 18.4.1984 à Sils im Engadin/Segl, isr., de Vienne, de Zurich (1951). Fils de Heinrich Lemberger, commerçant, et d'Adele Pollak. ∞ 1941 Valeska Martha Hirsch, pianiste, de Zurich. Etudes de langue et littérature allemandes, histoire de l'art et théâtre à l'université de Vienne; parallèlement, formation de comédien auprès de Hans Kirchner et Josef Danegger. Après avoir débuté comme comédien dans des théâtres autrichiens et allemands, L. réalisa sa première mise en scène à Bielefeld en 1926, puis travailla à Berlin chez Erwin Piscator. Antifasciste engagé, L. émigra à Zurich en passant par Paris (1933) et travailla comme metteur en scène au Schauspielhaus jusqu'en 1948. Avec plus de cent mises en scène, dont la création de pièces de Bertolt Brecht, Carl Zuckmayer, Thornton Wilder, William Faulkner, Max Frisch et Friedrich Dürrenmatt, il marqua de manière décisive l'histoire de cette institution.

L. compte aussi parmi les cinéastes suisses les plus actifs et les plus reconnus, ayant tourné douze films de fiction entre 1935 et 1953. Le fusilier Wipf (1938), Le brigadier Studer (1939) et Le landamman Stauffacher (1941) furent réalisés sous le signe de la défense spirituelle. Marie-Louise (1944) et La dernière chance (1945) plaidèrent pour l'humanisme et obtinrent des distinctions internationales, comme plus tard d'autres films de L. Malgré ces succès, le permis de séjour et de travail de L. en Suisse ne fut prolongé que provisoirement au début de 1946. Mais, en 1951, la ville de Zurich lui accorda le droit de cité.

L. fut aussi fort sollicité à l'étranger. Il mit en scène des pièces de théâtre et des opéras dans des villes allemandes ainsi qu'à Tel-Aviv (dès 1934), Varsovie et Tokyo. Metteur en scène invité permanent et membre d'honneur du Burgtheater de Vienne (dès 1947), il travailla aussi à diverses reprises aux festivals de Bregenz et de Salzbourg (dès 1966). Il fut professeur au séminaire Max Reinhardt à Vienne (1963-1964) et dirigea l'école de cinéma à l'académie de musique et arts de la scène de cette ville (1963-1965). Il revint ensuite à Zurich où il fut directeur du Schauspielhaus (1965-1968), puis chargé de cours à l'université, à l'université populaire et à l'EPFZ (1965-1974). Nombreuses distinctions, notamment prix du cinéma de la Ville de Zurich et médaille Josef Kainz de la Ville de Vienne (1958), professeur honoris causa (1959) et prix Franz Grillparzer (1964) de l'université de Vienne, Anneau Hans-Reinhart (1969) et Raimund-Ring (1982).


Fonds d'archives
– Fonds, Académie des beaux-arts, Berlin; Cinémathèque suisse, Lausanne
Bibliographie
– H. Dumont, Leopold Lindtberg et le cinéma suisse, 1975
DTS, 2, 1115-1116

Auteur(e): Felix Aeppli / EVU