No 1

Lansel, Peider

naissance 15.8.1863 à Pise, décès 8.12.1943 à Genève, prot., de Sent. Fils d'Andri, homme d'affaires, et d'Emilia Steiner, de Lavin. ∞ Emma Corradini, fille de Jachen, de Sent. L. vécut principalement en Italie et à Genève, passant l'été en Engadine. Ecole à Pise et Sent, gymnase à Coire, école de commerce à Frauenfeld. A 16 ans, il entra en apprentissage chez des parents à Arezzo (Toscane) et à 21 ans, il reprit le commerce de son père. Retiré des affaires en 1906, il se consacra à la poésie et à la défense de la culture romanche, sauf entre 1926 et 1934, lorsqu'il remplaça des parents décédés dans l'entreprise familiale et occupa le poste de consul de Suisse à Livourne.

L. combattit sans relâche pour la sauvegarde de la langue et de la culture romanches. Dans une collection d'essais journalistiques intitulée Ni Italians, ni Tudais-chs, Rumantschs vulains restar ("Ni Italiens ni Allemands, nous voulons rester Romanches", 1913 et 1917), il s'insurgea contre l'assimilation du romanche à un dialecte italien. Dans son poème Tamangur (1923), il compara le destin des Rhéto-romanches à celui de la forêt d'arolles du même nom dans le val S-charl, alors menacée. Considéré comme l'un des meilleurs poètes romanches, il est l'auteur de quelque deux cents poèmes et d'un nombre égal de traductions. Ses principaux recueils sont Primulas (1907), La cullana d'ambras (1912) et surtout Il vegl chalamêr (1929). Il a publié deux anthologies d'écrivains romanches, La musa ladina (1910) et La musa rumantscha (1950, posthume). Il reçut le doctorat honoris causa de l'université de Zurich à l'occasion de ses 70 ans et fut, pour ses 80 ans, le premier Romanche honoré du grand prix Schiller.


Oeuvres
– A. Peer, éd., Ouvras da Peider Lansel, 1966
Bibliographie
– A. Peer, «Peider Lansel», in Bedeutende Bündner aus fünf Jahrhunderten, 2, 1970, 365-375
– Bezzola, Litteratura

Auteur(e): Lucia Walther / VW