Vuisternens-devant-Romont

Commune FR, district de la Glâne, ayant fusionné en 2003 avec Estévenens, La Joux, La Magne, Les Ecasseys, Lieffrens, Sommentier et Villariaz, ainsi qu'avec La Neirigue en 2004. Sur la route Romont-Bulle, le village de V. est constitué de deux noyaux (vers l'église et vers la gare). 1162 Wisternens, ancien nom all. Winterlingen bei Remund. 314 hab. en 1850, 343 en 1900, 421 en 1950, 537 en 2000. Un Wibertus de Wisternens est cité dans le cartulaire de Hautcrêt en 1162. Les seigneurs de V. s'éteignirent au XVe s. La seigneurie fut inféodée partiellement aux sires d'Oron (dès le XIVe s.), puis elle passa aux La Baume (XVe s.), aux Challant (XVIe s.) et aux Maillard (1598) avant d'être acquise par Fribourg en 1625. Statuts communaux en 1788. V. fut rattaché au bailliage de Romont (1536-1798), puis au district de Romont (jusqu'en 1847). Au spirituel, V. était le centre d'une vaste paroisse attestée en 1228. L'église de la Nativité (et Saint-Jacques au XVIIe s.), reconstruite en 1553 et entre 1815 et 1825, fut incorporée au chapitre de Saint-Nicolas de Fribourg vers 1580. La chapelle de Mounaz, dédiée à la Vierge puis à saint Pierre, date de 1610. Halte sur la ligne ferroviaire Romont-Bulle (1868). Traditionnellement voué à l'agriculture, V. a connu un développement résidentiel. Le village de V. est le siège de l'administration de la commune, qui se profile comme un pôle secondaire du district.


Bibliographie
– Dellion, Dict., 12, 238-264
– C. Tissot, «Notice hist.», in Bull. paroissial de Vuisternens-devant-Romont, 1910-1913
– L. Waeber, A. Schuwey, Eglises et chapelles du canton de Fribourg, 1957, 321-322

Auteur(e): Laurence Margairaz Dewarrat