13/11/2015 | communication | PDF | imprimer | 

Saint-Jacques-sur-la-Sihl, bataille de

En 1440, un arbitrage des cantons confédérés sembla mettre un terme à la guerre de Zurich. Mais l'alliance perpétuelle conclue en 1442 par Zurich avec l'empereur Frédéric III fut perçue par les Confédérés comme une trahison. Les hostilités reprirent au printemps 1443. Schwytz et les cantons de Suisse centrale infligèrent de lourdes pertes à Zurich lors des batailles de Freienbach et du Hirzel. Le 21 juillet 1443, l'armée des Confédérés, forte de quelque 6000 hommes, se regroupa dans le Freiamt; l'armée zurichoise, renforcée par 500 cavaliers de la noblesse autrichienne, se tenait près de la maladrerie de Saint-Jacques-sur-la-Sihl. La bataille eut lieu le 22 juillet. Les Confédérés attaquèrent à partir d'Albisrieden, frontalement et sur le flanc gauche, et forcèrent les Zurichois (qui perdirent 300 hommes, dont le bourgmestre Rudolf Stüssi) à faire retraite vers la ville, qui ne fut pas inquiétée. La guerre prit de l'ampleur en 1444 (bataille de Saint-Jacques-sur-la-Birse) et dura encore jusqu'en 1450, mais les opérations énergiques des Confédérés scellèrent dès 1443 leur supériorité dans la région, face aux Habsbourg, et la prépondérance schwytzoise sur le haut du lac de Zurich.


Bibliographie
– P. Niederhäuser, Ch. Sieber éd., Ein "Bruderkrieg" macht Geschichte, 2006
– Ch. Sieber «Politik, Verwaltung und Archiv», in ZTb 2007, 2006, 1-30

Auteur(e): Hans Stadler / PM