Ceneri, Monte

Col (1004 Mons Ceneris) situé à 554 m d'altitude, reliant le nord (Sopraceneri) et le sud du Tessin (Sottoceneri) entre la plaine de Magadino et le val Vedeggio. A l'époque romaine, il traçait la frontière divisant le canton actuel en deux administrations distinctes. Sur le col, on a découvert les restes d'une tour et de deux constructions avec du matériel romain (céramique et une monnaie de Lucilla). La tour, restaurée au VIIe s. par les Lombards, est mentionnée en 1336 et fut détruite par les Suisses en 1518. L'une des deux routes reliant Bellinzone à Milan par Ponte Tresa traversait les forêts de châtaigniers du C. Il s'agissait d'une importante voie militaire (en 590, les Francs firent une expédition jusqu'à la Tresa en passant par le C.), empruntée également par des pèlerins et des marchands. Au XIIe s., Côme réussit à en obtenir le contrôle malgré l'opposition locale et celle de Milan; les statuts de Côme de 1335 contraignaient les communautés locales à participer aux frais d'entretien de la route. En 1367, les délégués des comtés de Bellinzone, Locarno et Lugano définirent leurs frontières communes dans la région. Entre 1559 et 1563, deux routes furent construites sur le versant nord, depuis Quartino (le "petit C.") et Cadenazzo, de même que le tronçon reliant le col à Bironico. Après la création du canton du Tessin, on construisit la nouvelle route carrossable, terminée en 1811. Le C. fut pendant des siècles un col dangereux en raison du banditisme auquel étaient exposés ceux qui l'empruntaient. Plusieurs protestations de marchands de Lucerne sont attestées en 1309 déjà; la dernière attaque d'une diligence eut lieu en 1864. Le tunnel ferroviaire du C. fut ouvert 1882 et depuis 1984 le Sopraceneri et le Sottoceneri sont reliés par une autoroute. Le col abrite également une place d'armes (utilisée notamment au fil des années pour l'artillerie et pour les troupes sanitaires), ainsi que le premier émetteur de radio de la Suisse italienne. Au XIXe s., Stefano Franscini proposa de fonder sur le C., symbole de l'union et de la discorde des Tessinois, la capitale du canton, auquel on aurait donné le nom emblématique de Concordia. Dans le cadre de la réalisation de la transversale ferroviaire alpine (AlpTransit Saint-Gothard), la construction du tunnel de base du C., qui reliera Camorino à Vezia, a débuté en 2006, sa mise en service est prévue pour 2020.


Bibliographie
– F. Leoni, Contone, 1989
Ticino medievale, 1990
– G. Chiesi, F. Zappa, Terre della Carvina, 1991

Auteur(e): Graziano Tarilli / LT