• <b>Col de la Flüela</b><br>Vue pittoresque du val Susasca et du Schwarzhorn (3150 m), avec les lacets de la rampe méridionale du col, gravure photomécanique d'après une aquarelle réalisée en 1891 par  Johann Martin Steiger   et publiée dans <I>Die Schweizerischen Alpenpässe und die Postkurse im Gebirge</I>, 1893 (Bibliothèque nationale suisse). Cette planche illustre avec 155 autres images et 13 cartes l'indicateur officiel des itinéraires alpins desservis par des voitures de poste.

Flüela, col de la

Col grison à 2383 m d'alt. entre Davos (Landwassertal) et Susch (Basse-Engadine), d'une longueur de 26 km. Ne permettant pas, contrairement au Septimer ou au Splügen, de traverser la chaîne principale des Alpes, il ne joua qu'un rôle de second plan dans le trafic de transit grison. 1513 Fluela.

Une pointe de lance en bronze trouvée sur les hauts du col atteste son utilisation dès l'époque préhistorique. Monnaies romaines à Susch. Sur le versant davosien, château fort à l'entrée de la vallée de la F. A Susch, où la route du col rejoint celle de l'Engadine, de nombreux ouvrages défensifs et tours subsistent. Tant que la colonisation romanche de la région de Davos fut de faible densité, la vallée de la F. (versant nord du col) fit partie des communaux de Susch. Après l'arrivée des Walser à Davos (fin du XIIIe s.), elle fut tout d'abord affermée, puis vendue à ces nouveaux arrivants germanophones (1328). Le chemin muletier qui, de Coire, menait à Davos par le col de la Strela, puis en Engadine par le col de la F., constituait la liaison la plus directe vers le Tyrol ou vers le col de l'Ofen, le val Müstair et le val Venosta. L'empereur Sigismond l'emprunta en 1413 lorsqu'il se rendit du val Venosta à Coire. Le col de la Scaletta, parallèle à la F., servait surtout de liaison avec le col de la Bernina et la Valteline. Par la F. transitaient du beurre et du bétail en direction du Tyrol et du val Venosta, du sel et du blé en direction de Coire. Au XVIe s., d'après la chronique d'Ulrich Campell, on ne franchissait le col qu'en l'absence de neige. Le refuge le plus élevé se trouvait alors à Tschuggen dans la vallée de la F. (1938 m); le premier abri érigé au sommet du col remonte semble-t-il à 1668. La route carrossable fut construite en 1866-1867, l'hospice en 1868-1869. Avec le développement du tourisme, l'importance de F. comme liaison la plus directe avec la Basse-Engadine s'accrut; son succès fut renforcé par la construction de la ligne de train de Davos (1890), mais menacé par celle de la Basse-Engadine (1913). Très exposée aux avalanches, la fréquentation du col de la F. a chuté avec l'ouverture du tunnel de la Vereina (1999).

<b>Col de la Flüela</b><br>Vue pittoresque du val Susasca et du Schwarzhorn (3150 m), avec les lacets de la rampe méridionale du col, gravure photomécanique d'après une aquarelle réalisée en 1891 par  Johann Martin Steiger   et publiée dans <I>Die Schweizerischen Alpenpässe und die Postkurse im Gebirge</I>, 1893 (Bibliothèque nationale suisse).<BR/>Cette planche illustre avec 155 autres images et 13 cartes l'indicateur officiel des itinéraires alpins desservis par des voitures de poste.<BR/>
Vue pittoresque du val Susasca et du Schwarzhorn (3150 m), avec les lacets de la rampe méridionale du col, gravure photomécanique d'après une aquarelle réalisée en 1891 par Johann Martin Steiger et publiée dans Die Schweizerischen Alpenpässe und die Postkurse im Gebirge, 1893 (Bibliothèque nationale suisse).
(...)


Bibliographie
– E. Poeschel, «Aus der Geschichte des Flüelapasses», in Schweiz, 8, 1956, 7

Auteur(e): Jürg Simonett / VW