Umbrail, col de l'

Passage (2501 m) entre Santa Maria Val Müstair et Bormio dans la Valteline. All. aussi Wormserjoch. Au Moyen Age, outre cette liaison directe, il existait la strada imperiala, très fréquentée, qui reliait Santa Maria à Bormio par le val Vau et la vallée de Fraele. Au XVIe s., il fallait compter vingt-cinq heures pour suivre cette route contre vingt-deux heures pour celle du col de l'U., plus dangereuse et dont le sommet culmine 300 m plus haut. En 1452, une ambassade autrichienne passa l'U. pour rejoindre Côme, Milan et Rome; en 1496, le col fut emprunté par une troupe de l'empereur Maximilien Ier. On transportait des grains et du vin vers le nord, surtout du sel des salines de Hall (Tyrol) vers le sud. Un contrat conclu avec six cantonniers du val Müstair régla en 1737 l'ouverture hivernale du chemin jusqu'au col, tandis que l'entretien de la route par Fraele et la construction d'une auberge à Plazzetta firent l'objet, en 1795, d'une convention entre le val Müstair et Bormio. Des subventions cantonales et fédérales permirent en 1901 la construction de la route carrossable de Santa Maria au col de l'U. et son raccordement à la route du Stelvio, qui existait déjà depuis septante-cinq ans. Aux chars et diligences qui empruntaient l'U., succédèrent dès 1925 les automobiles. Au début du XXIe s., la route construite en 1901 satisfaisait encore aux exigences du trafic.


Bibliographie
– C. Gustin, «75 Ons Pass da l'Umbrail», in 150. Jahrfeier Bau der Stilfserjoch-Strasse, 1976
– C. Gustin, 100 ons stradun sur l'Umbrail, 2001

Auteur(e): Martin Bundi / MK