14/06/2007 | communication | PDF | imprimer

Furka, col de la

L'édition imprimée de cet article comporte une image. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Col des Alpes (2431 m), dans un affaissement en forme de fourche situé entre le Blauberg et le Furkahorn, à la frontière entre les cantons d'Uri et du Valais. Vers 1306 Furke, 1753 Gabel-Berg (lat. 1574 Furca et aussi Coatius, Vrsellus, Iuberus, franç. Fourche, rom. Furca). On ignore si le passage était emprunté durant la préhistoire. Après l'intégration du Valais dans l'Empire romain (15 av. J.-C.), la vallée du Rhône fit partie de la province de Rhétie jusque vers 100 apr. J.-C. et la liaison alpine est-ouest s'effectuait essentiellement par la F. et l'Oberalp. Au haut Moyen Age, le col servit à nouveau de frontière entre les diocèses de Coire et de Sion. Du côté uranais, la vallée d'Urseren, dépendante du couvent de Disentis depuis le VIIIe s., fut surtout colonisée depuis les Grisons, mais la population rhéto-romane qui s'y installa était clairsemée. Au XIIe s., des Walser émigrèrent de la haute vallée du Rhône dans celle d'Urseren en passant par la F., puis continuèrent vers les Grisons en empruntant l'Oberalp. Urseren devint une colonie walser et, en 1213, une grande partie des sujets du couvent de Disentis et plusieurs ministériaux étaient des Walser, d'où de nombreuses relations entre le Valais, Urseren et Disentis. En 1322 encore, les Uranais soumettaient une querelle avec les Lucernois à l'arbitrage du major d'Ernen. D'influentes familles uranaises (comme les Silenen et les Attinghausen) avaient des liens avec le Valais, y étant propriétaires ou y ayant de la parenté. Des habitants du val de Conches détenaient des droits d'alpage à Urseren, ce qui entraîna aux XVe et XVIe s. des conflits pour les droits d'usage sur l'alpage de Garschen.

Le commerce et la circulation intenses favorisés par le col sont mentionnés dans le coutumier d'Urseren de 1420. Le Valais, qui importait surtout du sel, exportait entre autres du vin, des céréales et des peaux. A maintes reprises (comme en 1503, 1531, 1579, 1589, 1707), Uri et le Valais négocièrent des accords commerciaux et douaniers. Le trafic par la F. joua un rôle important pour la Suisse centrale, particulièrement en temps de crise, durant des embargos liés à une guerre par exemple. L'entretien des routes incombait en majeure partie à la paroisse de Münster et à la vallée d'Urseren. On prélevait des droits de douane dans les hameaux d'Obergesteln et Zum Loch, parfois aussi à Oberwald, puis plus loin à Andermatt. Comme les Haut-Valaisans se tournèrent de bonne heure vers les Confédérés (combourgeoisie avec Lucerne, Uri et Unterwald en 1403 et 1416-1417), le col joua également un rôle capital en politique. A l'époque des luttes confessionnelles, la liaison entre la Suisse centrale catholique et la Savoie via le Valais fut particulièrement importante.

D'Oberwald jusqu'à Hospental à travers le canton d'Uri et le Valais, la F. fut aménagée en route carrossable (1863-1866). La Confédération assuma les deux tiers des frais, car cette voie répondait à ses besoins militaires, et fit construire plusieurs fortifications vers 1900. Les diligences qui circulaient entre 1867 et 1920 furent remplacées par des cars postaux. Favorisée de surcroît par l'ouverture de la route du Grimsel en 1895, la circulation s'accrut constamment. Le premier hôtel de Gletsch fut inauguré en 1830 et, dès 1856, la famille d'hôteliers Seiler et d'autres chefs d'entreprise développèrent le tourisme. En 1930, on disposait de 600 lits entre Gletsch et Realp. En 1907/1908, le Conseil fédéral octroya des concessions pour une ligne de chemin de fer Brigue-Gletsch-Disentis. Elle fut mise en service jusqu'à Gletsch en 1915, puis les travaux furent suspendus l'année suivante pour des raisons financières et l'entreprise fit faillite en 1923. La société Furka-Oberalp-Bahn (FO), fondée en 1925, acheva le chantier et exploita la liaison jusqu'à Disentis (1926). Le tunnel de base ouvert en 1982 permet à la ligne de fonctionner toute l'année avec chargement de voitures sur le train.


Bibliographie
– H. Muheim, Die Strassenbau-Politik des Kantons Uri, 1945
Furkastrasse, 1955
– I. Müller, «Zum Passverkehr über die Furka im 14. Jahrhundert», in BWG, 16, 1976/77, 493-510
– F. Kreuzer, Geschichte des Landes um die Furka mit Beschreibung des Furkabasistunnels Oberwald-Realp, 1982
– L. Carlen, Die Furka, 1984
– S. Fryberg, Der Furkapass, 1994
– K. Aerni, «Zoll und Strassenunterhalt am Beispiel der Pässe Grimsel, Gries, Furka und Nufenen im 18. Jahrhundert», in Bull. IVS, 1998, no 2, 4-16

Auteur(e): Hans Stadler / FS