Aletsch, glacier d'

Glacier du bassin du Rhône, au sud du massif de la Jungfrau. D'étymologie obscure, le nom est attesté dès 1231 (Alech, 1330 Alesch, 1480 Alecz). La carte du Valais d'Anton Lambien en 1682 est le premier document où figure le glacier. On y distingue le grand glacier et les glaciers moyen et supérieur. Le premier, 24 km de long, 86 km2, 900 m d'épaisseur maximale, est le plus imposant des Alpes. Il y a 18 000 ans, il s'écoulait dans le glacier du Rhône par-dessus la crête du Riederhorn-Bettmerhorn. Vers 11 000 av. J.-C., il s'étendait jusqu'à Gamsen, alors que le glacier du Rhône se retirait dans la vallée de Conches. Vers 8000 av. J.-C., les deux glaciers se réduisent à leur taille actuelle. La forêt d'A. se forme à la fin de la période glaciaire (6500 av. J.-C.). Le glacier eut six petites crues entre 500 av. et 1200 apr. J.-C., démontrées par les bois fossiles qu'il a livrés, et des maxima durant le petit âge glaciaire vers 1350, 1650, 1820 et 1850; il décroît depuis lors. Les glaciers moyen et supérieur, qui débouchaient autrefois dans le grand, ont formé chacun leur langue. Le CAS rendit accessible la région d'A. au XIXe s. en y construisant des cabanes. Le tourisme s'y développa grâce au chemin de fer de la Jungfrau (1912) et aux téléphériques du versant valaisan. Par un accord avec la Ligue suisse pour la protection de la nature (auj. Pro Natura), la bourgeoisie de Ried-Mörel et le consortage de Riederalp renoncèrent en 1933 à exploiter la forêt d'A., dont le Conseil d'Etat valaisan fit une réserve naturelle. La station scientifique du Jungfraujoch (1931) et, sur la Riederfurka, le centre Pro Natura Aletsch (1976) se consacrent à l'étude de la région. Les eaux de la retenue de Gebidem (1969) fournissent de l'électricité aux heures de pointe. La région Jungfrau-Aletsch-Bietschhorn a posé avec succès sa candidature au Patrimoine mondial de l'Unesco.


Bibliographie
– H. Holzhauser, Zur Geschichte des Aletschgletschers und des Fieschergletschers, 1984
– L. Albrecht, Aletsch, le paysage raconté, 1999 (all. 1997)

Auteur(e): Arthur Fibicher / PM