Uetliberg

L'U. (870 m) est la montagne dominant Zurich. Située près de la Waldegg, à l'extrémité nord de la chaîne de l'Albis, elle s'étire entre la Reuss et la Sihl, parallèle au lac de Zurich.

1 - De la préhistoire à l'époque moderne

Des vestiges de murs (peut-être ceux d'une forteresse en pierre du Xe s. ou du château fort d'Uetliburg, vers 1100) et des catelles de poêle (probablement du Moyen Age) furent les premières trouvailles archéologiques mises au jour, en 1836 et 1839, lors de la construction de la première auberge au sommet de l'U. Dans son ouvrage Helvetische Denkmäler (1869), Ferdinand Keller développa l'idée d'un système de rempart et de fossé sur l'U. En 1874, on trouva des tombes à dalles au-dessus de la station amont du train de l'U. Walter Drack découvrit en 1974, sur le versant nord-ouest, un rempart extérieur de plus de 900 m de longueur (790-400 av. J.-C., datation au carbone 14). Dès 1979, sur mandat de la Fondation pour la recherche sur l'U., Drack explora le tumulus du Sonnenbühl (450 av. J.-C. env.) et dirigea jusqu'en 1986 les fouilles d'Uto Kulm. La construction de la nouvelle tour panoramique et les transformations de l'hôtel ont permis de nouvelles fouilles d'urgence (1989, 2003).

Une présence humaine est attestée au Néolithique final (IVe-IIIe millénaire av. J.-C.) et au Bronze ancien et moyen (IIe millénaire av. J.-C.). Dès le Bronze final (1100 av. J.-C. env.), l'U. fut habité périodiquement. La découverte d'un tumulus, de fibules en or et de céramique importée de Grèce laisse présupposer l'existence d'un "site princier" celte, à la charnière de Hallstatt et de La Tène (450 av. J.-C. env.). Des vestiges attestent une occupation durant La Tène finale (Ier s. av. J.-C.) et à l'époque romaine (avec des interruptions). Les fouilles n'ont pas confirmé l'existence d'une forteresse ducale du haut Moyen Age. Une forteresse en pierre, probablement inachevée, dont les vestiges remontent au Xe s., est peut-être liée à l'entourage de la famille royale de Haute-Bourgogne. Dès 1100 environ, l'emplacement fut occupé par le château fort d'Uetliburg, propriété des barons de Regensberg. D'après les chroniques, il fut détruit en 1267-1268 lors de la guerre privée des Regensberg. De 1622 à 1812, Zurich entretint une tour de guet au sommet de l'U.

Auteur(e): Andreas Zürcher / CAP

2 - XIXe et XXe siècles

En 1815, Hans Conrad Escher de la Linth transforma le poste de garde attenant à la tour de guet en un atelier pour cartographes et dessinateurs de panoramas et y adjoignit une auberge. Le canton de Zurich vendit l'ancien poste de garde à Friedrich Beyel (1838), qui fit construire à sa place l'hôtel et l'établissement de cure d'Uto Kulm. En 1873, l'établissement passa de ses héritiers à l'investisseur zurichois Kaspar Fürst, promoteur du train de l'U. (1875, électrifié en 1922) et constructeur du complexe hôtelier U. (démoli en 1943). Détruit en 1878 par un incendie criminel, l'hôtel Uto Kulm fut reconstruit en 1879. La première tour panoramique remonte à 1894 (remplacée en 1990). Les tours émettrices de télévision datent de 1953 et 1968. Depuis 1983, l'U. figure à l'inventaire fédéral des paysages, sites et monuments naturels d'importance nationale. L'association Pro Uetliberg, fondée en 2004, veille à sa conservation et sa protection. Le tunnel de l'U., partie du contournement ouest de Zurich, est ouvert depuis 2009 et a permis la jonction des autoroutes A3 et A4.

Auteur(e): Martin Illi / CAP

Références bibliographiques

Bibliographie
– W. Drack et al., Der Üetliberg, 1984
– I. Bauer et al., Üetliberg, Uto-Kulm: Ausgrabungen 1980-1989, 2 vol., 1991
– B.M. Seidel, Üetliberg hell?, mém. lic. Zurich, 1996
– F. Müller, G. Lüscher, Die Kelten in der Schweiz, 2004
– M. Böhni, Üetliberg, 2006
– S. Schneiter, Der Uetliberg, 2011.