San Giorgio, Monte

Pyramide rocheuse (1097 m) qui se dresse entre les deux bras méridionaux du lac de Lugano, le S. est l'un des endroits les plus importants au monde pour la recherche paléontologique du Trias moyen (env. 230 à 245 millions d'années). C'est pourquoi le versant suisse de la montagne a été inscrit en 2003 au patrimoine mondial de l'Unesco; cette zone s'étend sur 849 hectares et comprend les territoires de l'ancienne commune de Meride (aujourd'hui commune de Mendrisio) et des communes de Riva San Vitale et Brusino Arsizio. Les campagnes de fouilles, conduites par des paléontologues de l'université de Zurich (Bernhard Peyer dès 1924 et Emil Kuhn-Schnyder dès 1956), permirent de répertorier plus de 10 000 fossiles, pour la plupart très bien conservés, dont trente espèces de reptiles (surtout marins), quatre-vingts de poissons, environ une centaine d'invertébrés et de nombreux microfossiles.

L'importante teneur en substance organique du sous-sol du S. rendit possible, dans la première moitié du XXe s., l'extraction industrielle des schistes bitumineux; en 1910, s'ouvrit à Meride la fabrique de Spinirolo destinée à la distillation de l'huile de schiste et au raffinage du saurolo, pommade médicinale recherchée par les usines pharmaceutiques de Milan et de Bâle. Du milieu du XIXe s. à 1950 environ, la grande variété de roches favorisa une intense activité d'extraction et de façonnage de la pierre (monumentale ou de construction); des dizaines de carrières à ciel ouvert ou souterraines furent creusées sur les pentes de la montagne. Au sommet du S. s'élève l'oratoire Saint-Georges (mentionné en 1578, ermitage jusqu'au XIXe s.), devenu dans la seconde moitié du XXe s. un site touristique et un but de randonnée (vastes réseaux de sentiers). Un téléphérique relie Brusino Arsizio au point de vue du Serpiano (Meride) où se trouve une station climatique offrant quelques possibilités d'hébergement (dès 1911).


Bibliographie
– H. Furrer, Der Monte San Giorgio im Südtessin, 2003
– M. Felber, éd., Il Monte San Giorgio, 2005

Auteur(e): Stefania Bianchi, Hans Rieber / DW