Blüemlisalp

Massif montagneux, comm. de Kandersteg (BE), dont les principaux sommets sont, du sud-est au nord-ouest, l'Oeschinenhorn (3486 m), le Blüemlisalphorn (3660 m), la Weisse Frau (3650 m) et le Morgenhorn (3623 m), précédés du Blüemlisalp-Rothorn, du Stock et de la Wilde Frau. Du lac de Thoune, du Kiental et du Kandertal, on aperçoit le flanc nord couvert de glace. Au sud, de puissantes murailles calcaires dominent le glacier de Kanderfirn. Le nom de B. ("petite fleur") est lié à une légende que l'on retrouve sous des formes semblables dans toute la région alpine: selon cette légende, il y avait jadis une alpe fleurie là où se trouve maintenant un glacier. Ses propriétaires, dépensiers et impies, auraient vu cet alpage transformé en un désert de rochers et de glace, en guise de châtiment. Dans le Kiental, la B. est également appelée la Frau. La toponymie actuelle a été fixée en 1864 pour la carte Dufour. La première ascension du Blüemlisalphorn date du 27 août 1860. Les alpinistes utilisent, surtout en été, la cabane CAS de la Blüemlisalp (1946-1947, 138 places), qu'avaient précédée celles de Frauenbalm (1875) et de Hohtürli (1894).


Bibliographie
– W. Brügger, et al., Das Frutigbuch, 21977

Auteur(e): Ulrich Seewer / EG