23/07/2012 | communication | PDF | imprimer

Orbe (rivière)

Rivière vaudoise (bassins de l'Aar, puis du Rhin), l'O. prend sa source en France (lac des Rousses à 1100 m), se jette dans le lac de Joux, puis le lac Brenet. Son cours est souterrain entre celui-ci et la résurgence de La Dernier à Vallorbe ("sources de l'Orbe" avec grottes karstiques, ouvertes au public en 1974). L'O. passe aux Clées, dans la ville d'O., devient la Thielle (ou Thièle) lorsque le Talent la rejoint; elle se jette à Yverdon dans le lac de Neuchâtel. Entre Vallorbe et O., la rivière est encaissée dans des gorges, réserve naturelle depuis 1970.

La plaine de l'O. fut durant des siècles marécageuse. En 1854, le Grand Conseil vaudois décida de faire endiguer l'O. A partir de 1856, la correction du canal d' Entreroches et la construction du canal occidental permirent de lutter contre le paludisme, offrirent de nouvelles terres cultivables (colonie agricole du pénitencier de Bochuz créée en 1899), limitèrent l'érosion des versants et les crues et autorisèrent la production électrique. Entre 1869 et 1891, la première correction des eaux du Jura régularisa le cours de la Thielle et fit baisser le niveau des eaux lacustres. Les aménagements hydroélectriques ont dicté le débit de l'O., entravant la vie piscicole. En 1889, la première usine électrochimique mondiale était installée au pied du Saut du Day. A Vallorbe (lac de retenue du Miroir), aux Clées, à Montcherand, au Chalet et aux Moulins Rod (tous deux comm. O.) furent construits barrages et usines entre 1892 et 1908.

De 1962 à 1973, une seconde correction des eaux du Jura fit baisser le niveau des eaux du lac. Le canal de la Thielle fut élargi. Du point de vue agricole toutefois, les effets conjoints du drainage, des pompages et de l'affaissement des tourbes, entraînent, à la fin du XXe s.. une perte irréversible de sol dans la plaine qui impose une rotation des cultures. Des biotopes de grande valeur subsistent toutefois dans les zones humides (insectes, avifaune, sangliers, chevreuils).


Bibliographie
– C. Marion, L'Orbe inférieure, mém. lic. Lausanne, 1995
– P. Rebiffé, L'Orbe salubre, 2006

Auteur(e): Frédéric Sardet