Brandebourg, paix de

Mettant fin à la guerre qui opposa en 1351-1352 le duc Albert II d'Autriche à Zurich et à ses alliés de Suisse centrale, ce traité fut négocié par le margrave Louis de Brandebourg (de qui il tire son nom), duc de Bavière et comte du Tyrol, et enregistré par les cantons entre le 1er et le 23 septembre 1352. Zurich et Lucerne abandonnaient leurs bourgeois forains, l'Autriche récupérait ses droits fonciers et seigneuriaux, les biens confisqués étaient restitués, les dettes réciproquement reconnues et les prisonniers relâchés. Formulés de manière floue, les droits de souveraineté autrichiens sur Schwytz et Unterwald restaient ambigus. Le traité fut mal respecté des deux côtés. Le conflit armé reprit dès l'échec de la médiation (1353-1354) de l'empereur Charles IV.


Sources imprimées
QW, I/3, No 1000-1007, 1009-1021
– A. Tschudi, Chronicon Helveticum, 5e partie, éd. B. Stettler, 1984, 76-92
Bibliographie
– B. Meyer, Die Bildung der Eidgenossenschaft im 14. Jahrhundert, 1972, 131-140, 148-157
GKZ, 1, 475-476

Auteur(e): Gertraud et Rudolf Gamper / PM