23/10/2002 | communication | PDF | imprimer | 

Bibracte, bataille de

Au début de la Guerre des Gaules, Jules César relate sa campagne de 58 av. J.-C. contre les Helvètes, les Rauraques, les Boïens, les Latobices et les Tulinges qui, sous la conduite de Divico, tentent d'émigrer en Saintonge. Après un premier affrontement à mi-avril à Genève et le massacre, au début de juin sur la Saône, des Tigurins, les émigrants se dirigent vers la Loire, suivis par les six légions de César. Vers le 20 juin, celui-ci oblique vers Bibracte, éloignée de 27 km, pour y chercher les vivres promis par ses alliés éduens; les Helvètes rebroussent alors chemin et attaquent. Engagée vers midi, la bataille se solde dans la nuit par la défaite des émigrants; la plupart se replient et gagnent le pays lingon (région de Langres, Champagne orientale) où, faute de soutien, ils capitulent. César renvoie les Helvètes dans leur territoire, probablement après avoir conclu un traité. Le champ de bataille se situe sans doute à Montmort (Saône-et-Loire), où des fouilles ont mis au jour un fossé vraisemblablement creusé par les légionnaires de César. Si l'historiographie suisse relève souvent le courage helvète (personne ne put voir un ennemi tourner le dos, dit César), Bibracte et Divico n'ont pas eu en Suisse la valeur emblématique d'Alésia et de Vercingétorix en France: une tentative d'émigration hors du territoire national ne se prête guère au discours patriotique.


Sources imprimées
– C. Julius Caesar, De bello gallico, 1, 2-29
Bibliographie
– L. Flutsch, G. Kaenel, L'Or des Helvètes, cat. expo. Zurich, 1991, 28-33
– L. Flutsch, «La localisation de la bataille de Bibracte», in RSAA, 48, 1991, 38-48
SPM, 4

Auteur(e): Laurent Flutsch