03/04/2014 | communication | PDF | imprimer

Légion étrangère

A l'origine troupe coloniale française, la Légion étrangère a été fondée en 1831 par Louis-Philippe, roi des Français. Envoyée peu après en Algérie, elle eut probablement pour premier commandant Christoph Anton Stoffel, d'Arbon. Ses officiers se recrutèrent en partie parmi les vétérans de la Grande Armée et en partie dans les anciens régiments suisses au service de France. La plupart des recrues, en provenance de pays européens, avaient quitté leur patrie pour des raisons politiques ou économiques. La Légion fut engagée au cours des guerres coloniales du XIXe s., des deux guerres mondiales, et surtout des guerres d'Indochine et d'Algérie. De 1831 à nos jours, trente à quarante mille Suisses y servirent. Pendant la Première Guerre mondiale, environ quatorze mille volontaires suisses combattirent dans les régiments de la Légion et huit mille d'entre eux tombèrent sur les champs de bataille. Depuis 1927, le code pénal militaire suisse interdit le service étranger.

En 1962, année de l'indépendance algérienne, la Légion transféra sa "Maison Mère" de Sidi Bel-Abbès à Aubagne, en Provence. Un musée y a été créé, où est rappelée en particulier la mémoire de quelques Suisses qui se sont distingués. Sept de ses dix régiments sont également stationnés dans le Midi de la France. Depuis qu'elle n'est plus un moyen d'imposer la politique coloniale de la France, la Légion a reconsidéré sa vocation. Sa discipline légendaire, parfois inhumaine, est évoquée par Friedrich Glauser dans son roman Gourrama (1940). La Légion compte aujourd'hui environ huit mille hommes (dont près d'une moitié de Français) et constitue une force de projection rapide qui peut également être engagée dans des opérations de maintien de la paix ou intervenir en cas de catastrophe. Un monument a été érigé en 1993 au pas de Morgins en mémoire des Suisses tombés pour la France.


Bibliographie
– P. de Vallière, Honneur et fidélité, 1913
– E. Maradan, Les Suisses et la Légion étrangère de 1831 à 1861, 1987
– J.-F. Rouiller, Les Suisses célèbres à la Légion étrangère, 1991

Auteur(e): Alfred Mahrer / LA