02/09/2008 | communication | PDF | imprimer | 

Baldegg, lac de

Situé dans le district lucernois de Hochdorf, le lac doit son origine à une faille tectonique et aux poussées du glacier de la Reuss. Jusqu'au XVIIe s., il porta le nom de lac de Richensee (1272 Richense), plus rarement de lac de Hitzkirch. Au XVe s. apparut l'appellation de lac de Heidegg (siège du bailli du lac), surtout pour la partie septentrionale. Jusqu'au XIXe s., on ne désignait par lac de B. que la partie méridionale, appartenant à la seigneurie de B., puis à Lucerne. Près de B. se trouve un site lacustre du Néolithique final. Sans doute propriété des seigneurs de Heidegg en 1272, le lac de Richensee est mentionné comme fief des Habsbourg vers 1306. Selon une source de 1471, les droits baillivaux sur l'ensemble du lac faisaient anciennement partie de la seigneurie de Heidegg. Les seigneuries de Heidegg et de B. se partageaient la plupart des droits de pêche (Heidegg relevant du bailliage commun des Freie Ämter de 1425 à 1803, et B. du bailliage de Rothenburg). Le bailliage du lac resta entre les mains des propriétaires de Heidegg, le plus souvent lucernois. Le plaid des pêcheurs se réunissait en mai à Gelfingen. Vers 1494, Niklaus Hasfurter, seigneur de Heidegg, acquit les droits relevant du bailliage commun. Aux XVe et XVIe s. il y eut à plusieurs reprises des tractations avec les pêcheurs, qui entendaient user librement du lac considéré comme un bien commun ancestral, sur lequel la commune de Hochdorf posséda temporairement des droits. En 1700, la seigneurie de Heidegg revint à Lucerne; en 1849/1862, Josef Heggli, de Gelfingen, acquit le lac lors de la vente aux enchères de Heidegg. Depuis, celui-ci appartint surtout à des pêcheurs. En 1806 et 1870, son niveau fut abaissé d'environ 1,5 m (surface actuelle: 5,3 km2). Au XIXe s., la quantité de poisson diminua. Espèces dominantes jusque dans la première moitié du XXe s., les salmonidés (féras, etc.) ont presque complètement disparu. En 1943, la Ligue suisse pour la protection de la nature (auj. Pro Natura) acheta le lac. L'eutrophisation croissante à partir des années 1950 (due à l'élevage intensif de vaches laitières et de porcs dans la région) est combattue depuis 1982 par un système de brassage forcé des eaux et un apport d'oxygène.


Bibliographie
– M. Estermann, Pfarrei Hochdorf, 1891, 130-150
– P. Stadelmann «Die Zustandsentwicklung des Baldeggersees 1900-1980 und die Auswirkung von seeinternen Massnahmen», in Eau, énergie, air, 76, 1984, 85-95

Auteur(e): Waltraud Hörsch / UG