01/04/2008 | communication | PDF | imprimer | 

Hallwil, lac de

Plan d'eau dans le Seetal, à la limite des cantons d'Argovie et de Lucerne. Occupant un bassin creusé par une langue du glacier de la Reuss lors de la glaciation de Würm, il était plus long à l'époque préhistorique. Des vestiges de stations du Mésolithique, du Néolithique et du Bronze ont été découverts, ainsi que, à Seengen, des restes de routes et d'une colonie romaines. Divers noms furent d'abord en concurrence: 1302 Halwiler se (d'après le nom des seigneurs de Hallwyl), 1306 lacus de Seigen/Seingen (d'après le village paroissial de Seengen), vers 1306 Escherse (d'après le village et le décanat d'Aesch LU). Ce qui devint plus tard le bailliage du lac était vraisemblablement un fief des comtes de Lenzbourg au haut Moyen Age, puis un alleu du château à douves de H., situé à la sortie du lac. Au bas Moyen Age, le bailliage du lac apparaît comme une propriété des seigneurs de Hallwyl, incluant les droits de juridiction sur Seengen, Birrwil, Beinwil am See et Mosen, les droits de pêche et de navigation, ainsi que d'autres compétences de haute et basse justices. La seigneurie conserva une partie de ces privilèges jusqu'en 1859. Beromünster, Kappel et Hallwil, notamment, bénéficiaient d'un droit de pêche depuis les rives. En 1429, le H. était considéré comme un lac libre et les amendes revenaient pour moitié aux pêcheurs. De 1478 à 1481, une querelle de souveraineté éclata entre les seigneurs de H., soutenus par Berne, et les VI cantons souverains des Freie Ämter. Vers 1810 surgit un conflit à propos du péage de H. Au XIXe s., les riverains exigèrent un abaissement du niveau du lac, rendu dangereusement haut par la canalisation de son affluent. En 1859, le H. fut attribué au domaine public. Le canton d'Argovie acquit la partie nord du lac dans l'intention de promouvoir la navigation pour les marchandises et les voyageurs. La famille de Hallwyl conserva la partie lucernoise par l'intermédiaire d'une fondation. Elle afferma jusqu'en 1830 les bacs de Birrwil et Beinwil am See. Après l'ouverture en 1883 de la ligne ferroviaire du Seetal, des bateaux à vapeur, servant aux touristes et gens de la région, furent mis en service en 1888. Le déversement des égoûts avant la construction de stations d'épuration, puis l'écoulement de résidus d'engrais agricoles ont dégradé écologiquement le lac de H. Depuis 1985, on y injecte artificiellement de l'oxygène tout en veillant au brassage des eaux.


Sources imprimées
SDS AG, II/8.1
Bibliographie
– J.J. Siegrist, Beiträge zur Verfassungs- und Wirtschaftsgeschichte der Herrschaft Hallwil, 1952
– R. Bosch, «Wie der Hallwilersee in den Besitz des Kantons Aargau überging», in Heimatkunde aus dem Seetal, 33-34, 1959-1960, 23-45
– A. Bickel, Die Herren von Hallwil im Mittelalter, 1978
– A. Räber, 100 Jahre Schiffahrt auf dem Hallwilersee, 1888-1988, 1988

Auteur(e): Waltraud Hörsch / DVU