05/07/2011 | communication | PDF | imprimer | 

Säntis (canton)

Canton de la République helvétique, formé d'une partie de l'ancienne principauté abbatiale de Saint-Gall (à savoir l'Alte Landschaft et le bas du Toggenbourg, au nord-ouest de la ligne Hemberg-Hummelwald), de la ville de Saint-Gall, d'Appenzell (Rhodes-Extérieures), Appenzell (Rhodes-Intérieures) et de l'ancien bailliage du Rheintal (au nord du Hirschensprung). Il avait pour chef-lieu Saint-Gall, comptait 140 000 habitants et comprenait treize districts: Saint-Gall, Rorschach, Unterrheintal, Oberrheintal, Appenzell, Wald, Teufen, Hérisau, Gossau, Wil, Flawil, Mosnang et Lichtensteig. Les communes et les landsgemeinde adoptèrent (à contre-cœur pour une partie d'entre elles) la Constitution helvétique en avril et mai 1798. L'administration cantonale entra en fonction le 21 juin 1798, avec l'installation du premier préfet national, Johann Kaspar Bolt, qui se retira en octobre 1801 et auquel succéda Karl Heinrich Gschwend (novembre 1801-mars 1803). Ces années furent marquées par des bouleversements tant politiques que militaires, par l'occupation autrichienne et par le rétablissement éphémère de la principauté abbatiale (mai-septembre 1799). En 1799, champ de bataille des grandes puissances européennes (la France contre l'Autriche et la Russie), le canton fut lourdement éprouvé. Les conséquences financières et économiques de ces événements furent particulièrement graves pour ses habitants, qui s'identifièrent dès lors difficilement à cette nouvelle structure étatique et accomplirent en renâclant les obligations militaires exigées par la France et la République helvétique. Compte tenu de l'instabilité régnant alors, les nombreuses innovations, comme l'introduction des libertés civiques ou l'encouragement à l'instruction publique, ne suscitèrent guère d'intérêt. Formellement, le canton du S. exista jusqu'à l'entrée en vigueur de l'acte de Médiation, le 10 mars 1803, mais il avait commencé à se disloquer dès août 1802 (évolution que la pression française contint temporairement).


Bibliographie
AppGesch., 2-3
SGGesch., 5, 58-61
– M. Kaiser, Es werde St. Gallen!, 2003

Auteur(e): Patric Schnitzer / OME