08/09/2011 | communication | PDF | imprimer

Poignard

Le poignard suisse ou baselard (all. Schweizerdolch), ainsi nommé depuis environ 1500, en raison de la faveur dont il jouissait auprès des Confédérés, est une arme courte à lame droite à deux tranchants, poignée pansue et courbure convergente des quillons et des prolongements du pommeau. Dans le fourreau, en bois ou en cuir, on rangeait parfois en outre un petit couteau ou un poinçon. Cette arme apparaît sur des représentations figurées d'Urs Graf le Vieux, de Niklaus Manuel et de Hans Holbein le Jeune. Après 1550, elle devint une arme d'apparat et un symbole d'appartenance à l'élite sociale, le fourreau et la poignée étant richement travaillés en métal doré et souvent ornés de scènes tirées de l'histoire biblique, antique ou suisse. Elle disparut vers 1600. On connaît dans le monde environ 150 poignards suisses faits dans le style de la fin du XVIe s., mais plus de la moitié sont des imitations ou des contrefaçons du XIXe s. Le baselard a servi de modèle au poignard d'officier introduit en 1943 dans l'armée suisse.


Bibliographie
– H. Schneider, Der Schweizerdolch, 1977
– F. Egger, Der Schweizerdolch mit dem Gleichnis des verlorenen Sohnes, 2001
– F. Egger, «Der Schweizerdolch-von der Waffe zum Symbol», in Waffen- und Kostümkunde, 2007, cah. 2, 99-115

Auteur(e): Franz Egger / LA