Grangettes

Comm. FR, distr. de la Glâne dès 1848. Située sur le flanc sud-ouest du Gibloux et sur la rive droite de la Neirigue. 1147-1154 de Grangetes. 148 hab. en 1811, 190 en 1850, 186 en 1900, 179 en 1950, 157 en 2000. Château des seigneurs de G. mentionné au XIIe s., incendié en 1476, aujourd'hui disparu. G. constitua au Moyen Age le centre d'une petite seigneurie qui comprenait Estévenens, La Neirigue, une partie de Villariaz (auj. fusionnées avec Vuisternens-devant-Romont) et une partie du Châtelard. Propriété successive de plusieurs familles aux XVe et XVIe s. (Lullin, Rovéréa, Reynold, Koenig, Boccard), G. fut intégré au bailliage (1536-1798), puis district de Romont (1798-1848). En 1626, G., jusqu'alors filiale de Vuisternens, forma une paroisse avec Le Châtelard. L'église Saint-Maurice (bâtie en 1430, incendiée en 1770, reconstruite en 1773, restaurée en 1983) possède, outre une croix de calvaire à double face du XVIe s., quatre vitraux d'Anselmo Francesconi (1984). G. a conservé son caractère agricole (11 exploitations en 2001), essentiellement orienté vers l'élevage et la production laitière.


Bibliographie
– B. de Vevey, Châteaux et maisons fortes du canton de Fribourg, 1978, 164-169
– E. Chatton, Nouveaux signes du sacré, 1986, 115-134

Auteur(e): Evelyne Maradan