Dürnten

Comm. ZH, distr. de Hinwil. Située sur le versant sud-ouest du Bachtel, elle comprend, outre D., Oberdürnten et Tann. 743/747 Turnriude. 977 hab. en 1671, 1382 en 1792, 1663 en 1850, 3094 en 1900, 3006 en 1941, 3390 en 1950, 6082 en 2000. Un cimetière du VIIe s. près d'Ettenbol témoigne d'une occupation des lieux dès le haut Moyen Age. Plusieurs dons au couvent de Saint-Gall (première attestation en 743/747) contribuèrent à former le domaine (Dinghof) de D., l'un des centres de gravité de la seigneurie saint-galloise dans l'Oberland zurichois. Faisant partie du bailliage de Grüningen, D. passa en 1273 aux Habsbourg, qui acquirent par la suite les haute et basse justices. De la fin du XIIIe s. jusqu'en 1525, le couvent de Rüti exerça la basse justice sur Oberdürnten et Tann. L'administration de domaines saint-gallois, toggenbourgeois et rapperswilois fut exercée par la famille de ministériaux Meyer de D. (citée de 1212 à 1360), dont le château était situé au nord d'Oberdürnten. En 1408, D. passa avec le bailliage de Grüningen à Zurich et y resta jusqu'en 1798. Les premiers coutumiers datent de 1480 (D.) et 1485 (Oberdürnten); la première limitation d'entrée à la bourgeoisie (Einzugsbrief) du milieu du XVIe s. En 1798, la commune politique fut fondée et attribuée au district de Grüningen, en 1803 à la préfecture d'Uster, en 1814 au district de Grüningen et en 1831 à celui d'Hinwil. Les anciens villages donnèrent naissance aux communes civiles (Zivilgemeinde) de D., d'Oberdürnten et de Tann.

La plus ancienne église en pierre de D. fut construite, selon les archéologues, vers 700. Elle appartenait en 750 pour moitié au couvent de Saint-Gall, qui céda la collature aux Habsbourg, vraisemblablement en 1273. Celle-ci passa au couvent de Rüti en 1359, auquel l'église ne fut incorporée qu'en 1414, puis à Zurich en 1525. La paroisse incluait à l'origine Fägswil (rattaché en 1710 à Rüti) et Wolfhausen (relevant de Bubikon depuis 1811). De 1517 à 1521, l'église fut reconstruite avec un plafond magnifiquement sculpté et des peintures murales. En 1879, une église catholique, reconstruite en 1965-1967, a été bâtie à Tann pour les fidèles de D., Rüti et Bubikon.

Située entre les zones céréalière et herbagère, la commune vit se développer au XVIIIe s. le travail à domicile (essentiellement le filage du coton), qui, en 1787, fournissait un revenu à 49% de la population. Cette tradition se maintint après 1850 avec le tissage de la soie et, après 1880, avec la broderie. Entre 1820 et 1890, on a extrait du charbon "barré" (en feuillets) à l'ouest de D. La fabrique de filature de Pilgersteg s'ouvrit en 1825, celle de tournage mécanique près de Tann en 1852. En 1866 et vers 1870, des retorderies s'établirent près d'Edikon. A la suite de l'industrialisation de Rüti, Tann devint un village ouvrier et connut la plus importante extension de sa population. La gare de D. se trouva sur la ligne Uerikon-Bauma de 1901 à 1948. En 1930, s'ouvrit une station de la ligne Rüti-Wald à Tann. Depuis 1947, D. dispose de l'aéroport sportif de Hasenstrick. Après une longue stagnation, la construction reprit dans les années 1960 et 1980, ce qui permit à Tann de se développer en localité semi-citadine, alors que D., Oberdürnten et la nouvelle agglomération de Breitenmatt conservaient leur caractère rural. L'offre d'emplois relativement modeste (1230 en 2000) a eu pour effet un accroissement des navetteurs travaillant à l'extérieur (deux bons tiers de la population active en 2000).


Bibliographie
– M. Stromer et al., Dürnten, 1995

Auteur(e): Ueli Müller / WW