03/11/2011 | communication | PDF | imprimer | 

Oberhasli (BE)

Ancien bailliage bernois, auj. distr. L'O. comprend six communes (Meiringen, siège de l'administration, Hasliberg, Schattenhalb, Innertkirchen, Gadmen et Guttannen) et s'étend sur la partie supérieure du bassin de l'Aar, du Grimsel (2164 m) au Wilerbrücke (pont sur l'Aar) à l'est de Brienz (575 m). La région revêt une importance majeure pour le trafic en raison des cols alpins du Grimsel, du Susten, du Brünig, du Joch et de la Grande Scheidegg. 1234 Haslital, vers 1244 Hasele, 1347 Hasly im Wyssland. La dénomination O., qui s'est imposée dès le XVIe s., pour éviter la confusion avec Hasle bei Burgdorf, est devenue officielle en 1798. 657 contribuables en 1449, 270 hommes en 1528, 253 feux en 1558 et 360 en 1653, env. 500 habitants en 1669 (après une épidémie de peste), 3253 en 1764, 7054 en 1850, 7574 en 1880, 7008 en 1900, 6507 en 1920, 7878 en 1950, 8189 en 2000.

En raison d'importants remblais dans la vallée de l'Aar, on ne trouve presque aucune trace de l'époque préhistorique. Quelques vestiges romains ont été découverts à Meiringen et Wiler, au Grimsel, au Susten et au Brünig. Au haut Moyen Age, l'O. était terre immédiate d'Empire, administrée par un bailli. En 1275, une alliance fut conclue avec Berne, l'O. jouissant de droits égaux à la ville. L'empereur Henri VII de Luxembourg donna l'O. en hypothèque aux Weissenburg en 1310 et 1311. Des tentatives de rachat échouèrent. La révolte de 1334 fut certes un échec, mais les troupes des alliés bernois obtinrent par la force que l'hypothèque soit cédée à la ville et l'O. devint bernois. Il conserva néanmoins l'essentiel de ses privilèges jusqu'en 1798; Berne confiait par exemple les charges d'amman et de juges (Conseil des Quinze) à des indigènes. En 1528, la moitié des habitants environ se souleva contre Berne, qui voulait imposer la Réforme par les armes. Dès lors, Berne nomma également le banneret. Devant la résistance opiniâtre des habitants, elle ne réussit cependant pas à ce que le landamman soit un bourgeois de Berne, comme c'était le cas dans les autres bailliages. Le traité de 1557 confirma les anciens droits. Depuis 1376, la fonction d'amman fut exercée par des représentants de la paysannerie qui remplacèrent les anciennes familles de ministériaux. Aux XVIIe et XVIIIe s., un petit cercle fermé de familles influentes (Ehrbarkeit) formait la classe dirigeante. En 1534, le notaire Hans Holzmann rédigea une nouvelle version du droit territorial de l'O. Il y fit notamment figurer la légende de l'origine des gens de Schwytz et de l'O. Les six communes actuelles, créées à partir de communautés rurales d'usagers (les quinze Bäuerten), n'existent que depuis 1834. En 1843, le Grand Conseil abrogea le droit territorial de l'O. Jusqu'à la création de la paroisse d'Innertkirchen en 1709 (supprimée en 1808), il n'y avait, pour tout l'O., qu'une paroisse (et une juridiction) à Meiringen. Les paroisses de Gadmen (1808), Guttannen (1816), Innertkirchen (recréée en 1860) et Hasliberg (1967) n'apparurent qu'aux XIXe et XXe s.

Au bas Moyen Age, l'agriculture et l'économie alpestre avec élevage de petit bétail dominaient. A l'époque moderne, l'élevage de bovins et de chevaux, ainsi que la production de fromage devinrent les activités principales (exportations de fromage et de bétail vers l'Italie par les cols du Grimsel, du Nufenen et de Gries). Le marché hebdomadaire de Meiringen est cité en 1490; au XVIIIe s., trois foires annuelles, surtout de bétail, y étaient en outre établies. Dès le début du XVe s., des concessionnaires se mirent à exploiter des gisements de fer à la Planplatte, au Balmeregg et à l'Erzegg dans le Gental. Le minerai était traité dans des hauts fourneaux situés principalement dans le Mülital. L'exploitation fut supprimée en 1798 et Berne céda les biens fonciers à l'O. en 1813, tout en conservant la régale des mines et les bâtiments industriels. Cette activité exigeait une énorme quantité de bois, ce qui fut l'une des causes des inondations de la plaine de l'Aar et de l'extension des zones marécageuses. Cette situation désastreuse ne prit fin que lors de la correction de l'Aar (1866-1880). Dès le XVIIe s., des gisements de cristal de roche furent exploités au Grimsel (Zinkenstock, 1719) et au Susten (Bockberg). Depuis le milieu du XIXe s., face à l'accroissement du tourisme, de grands efforts furent consentis dans le domaine des transports: construction de la route du Brünig (1857), projets pour le chemin de fer du Grimsel (1853-1866), construction de la ligne du Brünig et ouverture des gorges de l'Aar (1888), inauguration de la route du Grimsel (1894), construction de celle du Susten (1945). Parallèlement, le nombre d'hôtels à Meiringen passa de deux en 1831 à dix-huit (500 lits) vers 1900. En 1973, la construction de diverses remontées mécaniques permit d'ouvrir le domaine de Meiringen-Hasliberg, dédié au ski et à la randonnée. Les Forces motrices de l'Oberhasli SA (concessions en 1907, début de la production au Handegg I en 1929), avec la centrale de pompage-turbinage Oberaar-Grimsel (1917 GW/h en 1990), sont des employeurs importants de la région. Dans les années 1980 et 1990, le projet "Grimsel-Ouest" provoqua de virulentes discussions politiques; en 2000, très contesté, il fut abandonné par les Forces motrices au profit de l'optimisation des installations existantes. Depuis 1955, le secteur de l'agriculture (un tiers des emplois en 1955, moins de 20% en 2005) a été supplanté par le secteur tertiaire (deux tiers des emplois).


Sources imprimées
SDS BE, II/7
Bibliographie
– G. Kurz, C. Lerch Geschichte der Landschaft Hasli, éd. A. Würgler, 1979

Auteur(e): Josef Brülisauer / MBA