Niedersimmental

Châtellenie bernoise dès 1449 (équivalant à un bailliage), distr. du canton d'Oberland en 1798, bailliage (Oberamt) en 1803, puis distr. du canton de Berne. Depuis 1997, le N. fait partie de la région de l'Oberland bernois et du cercle judiciaire et cadastral de Frutigen-N., avec tribunal à Wimmis et registre foncier à Frutigen. Franç. Bas-Simmental. En 1439, Berne acquit des Brandis, barons de l'Emmental, les anciennes possessions des Weissenburg, à savoir les juridictions de Weissenburg (Därstetten, Oberwil im Simmental) et d'Erlenbach im Simmental, puis une partie des droits sur les seigneuries de Diemtigen et de Wimmis, enfin, en 1449, Wimmis avec son château fort, cédé par les Scharnachtal, bourgeois de Berne. Berne regroupa ces territoires pour former une nouvelle circonscription administrative, appelée châtellenie du N. ou bailliage de Wimmis, dont dépendit aussi la juridiction de Reutigen dès 1494. Le château de Wimmis devint la résidence du châtelain. Avant la domination bernoise, les habitants s'administraient dans la Landsgemeinde ou communauté de vallée (Talschaft) du N. (paroisses d'Erlenbach, d'Oberwil, de Därstetten, de Diemtigen et de Wimmis). Ils s'étaient affranchis des corvées et des redevances en 1393-1397 et entre 1429 et 1445. En 1439, Berne confirma leurs coutumes, mises par écrit en 1454 (autres codifications partielles par la suite). Sous la présidence du banneret local, la Landsgemeinde - appelée Landkammer dès la fin du XVIIe s. - se réunissait une fois par an à Erlenbach et gérait les biens de la communauté (fonds général pour chemins, alpages, etc., fonds des affaires militaires et bourse des pauvres). Cette circonscription administrative et judiciaire survécut à la Révolution française; le fonds des terres ne fut supprimé qu'en 1834 et le coutumier en 1836. En 1798, Erlenbach devint chef-lieu du district du N. (canton d'Oberland). En 1803, le château de Wimmis redevint le siège des autorités du bailliage, qui engloba dès lors aussi l'ancienne baronnie de Spiez. De par le nombre de ses communes - neuf -, le district était l'un des plus petits du canton, mais du point de vue de sa superficie, il figurait parmi les districts moyens.


Sources imprimées
SDS BE, I/1
Bibliographie
Simmentaler Heimatbuch, 1938
– W. Wellauer, Von der einstigen Landschaft zum jetzigen Amtsbezirk Niedersimmental, 1946

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / MBA