• <b>Grasbourg</b><br>La ruine du château dans son état vers 1660, aquarelle sur traits de plume, réalisée par  Albrecht Kauw (Musée d'Histoire de Berne) © Photo Stefan Rebsamen.

Grasbourg

Château fort, commune de Schwarzenburg BE, et seigneurie. 1223 Grasburc. Aux Savoie de 1310 à 1423, le château servit de siège au bailliage commun de Berne et Fribourg de 1423 à 1575. Avec son avant-cour, son donjon et sa cour principale, l'édifice, qui s'élève sur un éperon molassique au-dessus de la Singine, reste imposant, même à l'état de ruine. Comme les autres forteresses impériales de la ligne Singine-Sarine (Laupen, Gümmenen), il fut probablement fondé à l'époque du second royaume de Bourgogne ou sous les Zähringen, recteurs de Bourgogne. Il pourrait avoir été précédé d'un château en bois; les plus anciens vestiges de murs datent du XIe ou XIIe s.

<b>Grasbourg</b><br>La ruine du château dans son état vers 1660, aquarelle sur traits de plume, réalisée par  Albrecht Kauw (Musée d'Histoire de Berne) © Photo Stefan Rebsamen.<BR/>
La ruine du château dans son état vers 1660, aquarelle sur traits de plume, réalisée par Albrecht Kauw (Musée d'Histoire de Berne) © Photo Stefan Rebsamen.
(...)

Le château, avec sa seigneurie comprise entre la Singine et le Schwarzwasser (1306 Undernwassern) dans le périmètre du district de Schwarzenburg, fut administré par des officiers de l'empereur (chevalier de G. en 1223, avoyer de G. en 1239). En tant que fief impérial, il passa à une date inconnue aux Kibourg, établis dans l'espace Singine-Sarine. Après leur extinction (1263/1264), leur héritage fut disputé entre les Habsbourg et les Savoie; les premiers l'emportèrent et obtinrent G. en fief. Pour administrer G., ils employèrent des chevaliers fribourgeois issus des familles von Maggenberg, de Corbières et de Vuippens. Baillis impériaux, mais aussi détenteurs de fiefs dans la seigneurie, ces chevaliers y construisirent aussi leurs propres châteaux. Le roi de Germanie Henri VII donna G. en fief au comte Amédée V de Savoie (1310). Château et seigneurie furent dès lors soit inféodés (1323-1356, 1399-1407), soit administrés par des châtelains issus de familles de chevaliers fribourgeois ou vaudois. Les comptes que ceux-ci devaient présenter sont d'excellentes sources, notamment sur l'histoire de la construction du château. L'isolement de G. et les dégradations successives que connut l'édifice incitèrent les Savoie à vendre G. aux villes de Berne et de Fribourg (1423), qui en firent un bailliage commun. En raison des frais élevés (restauration notamment en 1484-1486 et 1542-1545), G. fut abandonné et remplacé par un nouveau siège baillival construit dans le village de Schwarzenburg, en partie avec des matériaux récupérés de l'ancien château. La ruine fut attribuée à l'Etat de Berne en 1803, passa en mains privées en 1845, revint enfin en 1894 à la ville de Berne, qui entreprit à plusieurs reprises des travaux de consolidation, la dernière fois en 1984-1986.


Bibliographie
– B. Schmid, F. Moser, Die Burgen und Schlösser des Kantons Bern, Mittelland, Emmental und Oberaargau, 1ère partie, 1942, 90-91
– W. Kohli Verwaltung und Recht der gemeinen Herrschaft Grasburg-Schwarzenburg, 1423-1798, 1939

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / FS