Angenstein

Château fort médiéval, comm. de Duggingen BL, à l'entrée de la dernière cluse de la Birse, dans le Laufonnais (Berne 1815, Bâle-Campagne 1994). La construction a débuté peu après 1286, selon l'analyse dendrochronologique, peut-être pour le compte et sur un alleu des Münch, ministériaux de l'évêque; la documentation n'est pas claire. Du moins voit-on dans la première moitié du XIVe s. les comtes de Thierstein et les Habsbourg-Laufenburg tenir le château en fief du chapitre de Bâle; les Münch avaient sans doute remis la place aux comtes et n'étaient qu'arrière-vassaux. A l'extinction de la ligne masculine des Münch de Landskron (1460), les Thierstein s'emparent d'A. en tant que fief vacant, et la ville de Soleure reçoit alors le droit de s'en servir en cas de nécessité (ius aperturae). Les Thierstein inféodent A. à leurs vassaux, Valentin von Neuenstein, en 1486 Friedrich Kilchmann ou sa veuve Elisabeth von Offenburg. Le château subit des vicissitudes: destructions partielles dues au tremblement de terre de 1356, aux incendies de 1494 et 1517 et fut reconstruit après 1364 et après 1494. Lors de la dispute autour de l'héritage des Thierstein, A. est vendu au prince-évêque de Bâle (1517), au grand dam de Soleure, apaisé en 1522 par un droit de passage et la promesse que la ruine calcinée ne serait plus fortifiée. Le prince-évêque donne A. en 1557 à son chancelier Wendelin Zipper, à condition de relever le bâtiment dans les huit ans. L'aile ouest date de 1562; le donjon reste une coquille vide (étage inférieur aménagé au XIXe s.); la chapelle dédiée à saint Wendelin et sainte Anne est reconsacrée. Propriété des Zipper jusqu'en 1751, le château échoit par héritage aux Noël et aux Grandvillars. Demeure privée, il passe la Révolution sans dommage. Il est propriété du canton de Bâle-Ville depuis 1951; importantes restaurations en 1988-1992.


Bibliographie
– W. Meyer, Burgen von A bis Z, 1981, 153-154
ASSPA, 73, 1990, 226

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / PM