Raetia [Rhétie]

La conquête des Alpes par Drusus et Tibère en 15 av. J.-C., entraîna la soumission à Rome des Rhètes et des Vindéliciens. Dans un premier temps, ces tribus furent placées, avec le Valais (Vallis Poenina), sous la surveillance administrative d'un praefectus. Au plus tard au milieu du Ier s. apr. J.-C. fut créée la provincia Raetia et Vindelicia (ensuite appelée simplement R.), qui englobait la Suisse orientale, le Vorarlberg, le Tyrol et l'avant-pays alpin septentrional entre l'Inn, le lac de Constance et le Danube; son chef-lieu fut établi à Augsbourg (Augusta Vindelicum) à la fin du Ier s., en même temps que la frontière était repoussée au-delà du Danube (Limes ). Placée jusque vers 170 sous l'autorité d'un procurateur de rang équestre, la province (Provincia ) de R. fut ensuite confiée à un légat sénatorial muni de compétences plus étendues (stationnement de la legio III Italica). Sa division au cours du IVe s. donna naissance aux provinces de Raetia prima (avec pour chef-lieu Coire, d'où l'appellation ultérieure de Churrätien, soit Rhétie [Retia curiensis], "Rhétie de Coire") et Raetia secunda (chef-lieu Augsbourg). Selon la Notitia Dignitatum, l'administration civile de chacune des deux Raetiae, à la fin du IVe s., était confiée à un praeses. Les tâches militaires étaient de la compétence d'un seul dux pour les deux provinces. Les sources restent muettes sur ce qu'il advint ensuite de la province romaine de R.


Bibliographie
HbGR, 1
SPM, 5

Auteur(e): Alfred Hirt / LA