Wabern

Partie de la comm. de Köniz BE. 1223 Waberen. 1186 hab. en 1910, 6513 en 1996, 6864 en 2011. Faubourg semi-urbain, au sud de Berne entre l'Aar et le Gurten, constitué au XXe s. à partir des deux petits villages médiévaux de Grosswabern et Kleinwabern, qui relevaient de la paroisse et, dès 1834, de la commune de Köniz. Les habitants pratiquaient l'agriculture (deux systèmes d'assolement) et l'élevage (pâturages sur les pentes du Gurten et dans le Belpmoos). Malgré une situation favorable sur la route de Thoune, les arts et métiers ne parvinrent pas à se développer avant l'introduction, au XIXe s., de la liberté de commerce et d'industrie, car les corporations de la ville de Berne avaient défini un territoire où s'appliquait leur monopole, faisant ainsi obstacle à l'artisanat rural. Au XVIIIe s., des familles patriciennes bernoises, qui avaient acheté des domaines et des terres, firent construire des résidences d'été. La villa Morillon (1830-1832) en est un exemple bien conservé, de style néoclassique. Quelques-unes furent transformées en instituts privés pour garçons (Bouterwek-Gladbach, 1840-1861; Grünau, jusqu'en 1933), en instituts d'éducation d'utilité publique pour filles (Morija, 1824-1875; Viktoria, 1859-1861) et pour garçons (Bächtelen, dès 1840), ainsi qu'en établissement pour sourds-muets (1874-1941). Depuis 1899, un funiculaire conduit de W. au Gurten. De nouveaux moyens de transport, comme le tram de W. à la gare de Berne (par Weissenbühl dès 1894, par Monbijou dès 1912) et la ligne de chemin de fer du Gürbetal (dès 1901) donnèrent un fort élan aux constructions, d'abord à Grosswabern, puis au Gurten. Les grands domaines, parcellisés dès les années 1930 ou 1950 et dont les manoirs, maisons des fermiers et dépendances furent en partie démolis, cédèrent la place à la cité-jardin de Gurtenbühl, au grand ensemble d'immeubles de la Bondelistrasse et de la Funkstrasse, au centre commercial Maygut et au complexe scolaire de Lerbermatt. Grosswabern et Kleinwabern connurent une forte croissance, ne formèrent plus qu'un et leurs infrastructures furent développées: en 2011, W. comptait trois ensembles scolaires pour les niveaux primaire et secondaire, deux églises (protestante en 1948, catholique en 1959), ainsi que des écoles spécialisées et d'orthophonie d'envergure suprarégionale. Malgré des emplois dans l'industrie (notamment dans les imprimeries) et les services, ainsi que l'installation de trois offices fédéraux (Topographie en 1941, Métrologie en 1966 et Migration en 2005), l'économie de W. est entièrement axée sur Berne.


Bibliographie
– F. Hurni, Aus Waberns Vergangenheit, 21980
– J.-P. Anderegg, Bauinventar der Gemeinde Köniz, 3 vol., 1992

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / MBA