• <b>Scherzligen</b><br>Le château de Schadau au bord du lac de Thoune vu de l'est. Aquarelle sur traits de plume réalisée en 1672 par  Albrecht Kauw (Musée d'Histoire de Berne). Le château est tout neuf. Les travaux, commandés par l'avoyer bernois Franz Ludwig von Erlach, sont terminés. En arrière-plan, on distingue la chaîne du Stockhorn.

Scherzligen

Ancienne petite localité sur la rive occidentale de l'Aar à son débouché du lac de Thoune, qui, après avoir fait partie de la comm. de Strättligen, fut incorporée en 1920 avec cette dernière à la ville de Thoune. 761/762 Scartilinga (copie du XIIe s.), 1348 Schertzlingen. S. fut le siège d'une basse juridiction relevant de la seigneurie de Strättligen jusqu'en 1798. L'église de pèlerinage Notre-Dame de S., dans le diocèse de Lausanne, revint vers 761/762 à l'abbaye d'Ettenheim (Brisgau). Citée dans la chronique de Strättligen comme l'une des douze églises du lac de Thoune, elle fut érigée à l'emplacement d'une nécropole et d'un mausolée datant de la charnière du Bas-Empire et du haut Moyen Age. L'édifice roman, souvent transformé (restauré en 2001-2003), conserve des éléments préromans et présente de remarquables peintures murales gothiques (XIIIe-XVIe s.). En 1272, les seigneurs de Wädenswil remirent la collation et le domaine au couvent d'Interlaken; la même année, une indulgence autorisa la construction de plusieurs chapelles relevant de S. Après la Réforme (1536), Berne réunit la paroisse de S. (S., Schoren, Allmendingen, Gwatt, Buchholz et la partie de Thoune sur la rive gauche de l'Aar) à celle de Thoune malgré l'opposition des fidèles. Des prêches continuèrent néanmoins d'avoir lieu à S. (par le pasteur de Thoune), de même que les enterrements jusqu'à la suppression du cimetière en 1878. Des messes y furent célébrées à l'intention des aspirants catholiques de l'école militaire fédérale de Thoune de 1819 à 1893 (date de la construction de l'église Notre-Dame à Thoune). Depuis 1977, l'église est le centre du cercle paroissial réformé de S.

Près de l'église, jouxtant cure et auberge, se trouvait un débarcadère assorti d'une souste, ainsi que le château de Schadau (1348 Schadowe), siège des seigneurs de Strättligen, qui passa en 1348 aux Bubenberg de Spiez. Franz Ludwig von Erlach rénova la résidence en 1638. Devenus propriétaires par la suite, les May vendirent le domaine en 1837 au banquier Denis Alfred de Rougemont, qui en agrandit la superficie et fit reconstruire le château de Schadau en style historicisant (1849-1854). Un consortium immobilier acquit l'ensemble de la propriété en 1917 et en fit un lotissement. En 1925, la ville de Thoune acheta le château et y créa en 1928 un restaurant et un musée consacré à la Première Guerre mondiale (depuis 1988, Musée suisse de la gastronomie). En 1961, on installa dans le parc le panorama de Thoune peint par Marquard Wocher entre 1809 et 1814.

<b>Scherzligen</b><br>Le château de Schadau au bord du lac de Thoune vu de l'est. Aquarelle sur traits de plume réalisée en 1672 par  Albrecht Kauw (Musée d'Histoire de Berne).<BR/>Le château est tout neuf. Les travaux, commandés par l'avoyer bernois Franz Ludwig von Erlach, sont terminés. En arrière-plan, on distingue la chaîne du Stockhorn.<BR/>
Le château de Schadau au bord du lac de Thoune vu de l'est. Aquarelle sur traits de plume réalisée en 1672 par Albrecht Kauw (Musée d'Histoire de Berne).
(...)


Sources imprimées
SDS BE, II/11
Bibliographie
– D. Gutscher, «Thun-Scherzligen», in ArS, 16, 1993, 84-86
– L. Hänni, Strättligen, 21997
– M. Dähler, Die Kirche Scherzligen Thun, 2004

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / DVU