28/01/2010 | communication | PDF | imprimer

Mülenen

Château fort, comm. Reichenbach im Kandertal, siège d'une seigneurie, puis dès 1352 châtellenie bernoise. Les barons de Kien, possessionnés au XIIIe s. dans le Frutigland, exerçaient aussi leur autorité sur la grande paroisse d'Aeschi. Le château fort d'Aris ob Kien (comm. Reichenbach), siège primitif supposé des barons, est une construction des XIIe-XIIIe s. (vestiges du donjon et des fossés avec levée de terre). Leur second château fort, celui de M. (1269 Mulinon, construit entre le XIIe et le XIVe s., vestiges de murs), était situé sur le chemin muletier menant en Valais et, associé à une Letzi (du XIIe s. probablement, vestiges de murs), barrait la vallée contre le nord. Selon Konrad Justinger, M. était une petite ville en 1331; en l'absence de toute mention documentaire, il faut y voir plutôt les maisons mises au jour par des fouilles archéologiques, regroupées au sud-est du château fort et de la Letzi. Avant 1290, les droits et les possessions foncières des Kien passèrent aux barons de Wädenswil. Ceux-ci firent partie, comme leurs héritiers les seigneurs de la Tour, de la coalition de nobles opposés à la ville de Berne; endettés par leurs expéditions militaires, ils durent se défaire d'une partie de leurs biens, au profit notamment de leurs ministériaux (von Scharnachtal, von Ried). M. fut remis en gage à des créanciers bernois vers 1330, puis racheté en 1334 par les barons de Weissenburg. De ces derniers, la seigneurie passa vers 1350 à Thüring von Brandis, qui la vendit deux ans plus tard à Berne avec le droit de collature sur Aeschi. La châtellenie bernoise ainsi constituée eut dès lors son siège à M. et son territoire comprenait les actuelles communes d'Aeschi bei Spiez et de Reichenbach. Le châtelain administrait les affaires militaires, les haute et basse justices. Au XVe s., après une simplification de l'administration bernoise dans le Frutigland, le châtelain de Frutigen prit également le titre de châtelain de M., où il exerçait les droits de souveraineté de Berne, tout en respectant l'appareil administratif local (lieutenant et secrétaire baillivaux, etc.). Krattigen, acquis par Berne en 1513, fut incorporé à l'administration de M. Devenues inutiles, les fortifications tombèrent en ruine. La chapelle fut démolie lors de la Réforme, en 1533. La châtellenie fut supprimée probablement au XVIe s. encore, et ses trois juridictions (Aeschi, M.-Reichenbach-Wengi, Krattigen) revinrent à la châtellenie de Frutigen. Les gens de M.-Aeschi formaient une communauté qui disposait en partie de son administration (pour la levée des impôts), était régie par son coutumier (codifié pour la première fois en 1469 après l'incendie des archives et abrogé en 1835) et avait un contingent avec sa bannière dans les troupes bernoises.


Sources imprimées
SDS BE, II/2
Bibliographie
– W. Brügger et al., Das Frutigbuch, 21977
– D. Gutscher, E. Nielsen, «Reichenbach-Mülenen», in ArS, 16, 1993, 105-106
– D. Gutscher, W. Wild, Reichenbach: Burg und Letzi Mülenen, 1997

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / LA