No 1

Foerster, Friedrich Wilhelm

naissance 2.6.1869 à Berlin, décès 9.1.1966 à Kilchberg (ZH). Fils de Wilhelm, astronome. Etudes de philosophie à Fribourg-en-Brisgau et Berlin. Thèse d'habilitation à Zurich, en éthique et pédagogie (1898). Elevé dans un milieu humaniste et pacifiste, F. devint l'éditeur d'Ethische Kultur, journal fondé par son père (1894-1897). En 1895, F. fut condamné à trois mois de prison pour avoir critiqué les positions de Guillaume II contre les socialistes. Privat-docent à l'université (1899-1901), puis à l'EPF de Zurich (1901-1912), F. fut ensuite professeur d'éthique et de sciences sociales aux universités de Vienne (1913-1914) et de Munich (1914-1920). D'abord belliciste, il devint un pacifiste convaincu dès 1917. Il fut alors nommé ministre de la Bavière en Suisse par Kurt Eisner, mais non reconnu par le Conseil fédéral. Il reprocha à l'Allemagne sa responsabilité dans les débuts de la guerre et proposa la conclusion d'un traité de paix. Ses ouvrages furent brûlés en 1933. Exilé à Zurich (1920-1926), à Paris (1926-1936) puis en Haute-Savoie, il se réfugia à New York en 1940 et revint en Suisse en 1963.


Oeuvres
Erlebte Weltgeschichte 1869-1953, 1953
– B. Hipler, éd., Friedrich Wilhelm Foerster: Manifest für den Frieden, 1988
Fonds d'archives
– Fonds, BBB
Bibliographie
– A. Van Berchem, Un maître à penser pour notre temps, 2 vol., 1973-1975

Auteur(e): Verdiana Grossi