29/11/2005 | communication | PDF | imprimer

Gondo

L'édition imprimée de cet article comporte une image. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Village de la comm. de Zwischbergen VS. Situé au sud du col du Simplon, à la frontière italienne. Sa population, bien que germanisée depuis longtemps, est en partie d'origine italienne. G. appartient au territoire de Novare jusqu'en 1291, date à laquelle l'évêque de Sion, Boniface de Challant, rachète les droits de seigneurie au comte de Castello, souverain de ces terres. La paroisse de G. n'appartient en revanche au diocèse de Sion qu'à partir de 1822. Une nouvelle église est construite en 1495. Au milieu du XVe s., l'élection d'un châtelain et d'un administrateur implique la création de protocoles juridiques, de corporations et de statuts communaux. Grâce au transit de marchandises par le col et à la contrebande, quelques familles du Simplon et de G. s'enrichissent et deviennent influentes dans la vie politique valaisanne. Des mines d'or sont exploitées de 1550 à 1897. Dès 1640, une course postale reliant Lyon à Milan fait étape à G. Le village est touché par des avalanches meurtrières au cours du XVIIIe et du XIXe s. L'école, anciennement abritée dans la cure, est bâtie en 1958. Le 14 octobre 2000, un tiers du village est détruit par un glissement de terrain qui provoque la mort de treize personnes et la démolition de huit bâtiments, dont la partie ouest de la tour Stockalper, datant de 1650.


Bibliographie
– P. Arnold, Gondo-Zwischbergen an der Landesgrenze am Simplonpass, 1968
– J. Magnin, Gondo, les saisons de l'espoir, 2002

Auteur(e): Rachel Siggen-Bruttin