Singine

Distr. du canton de Fribourg et rivière. All. Sense. D'une superficie de 265,32 km2, le district (chef-lieu: Tavel), qui comprend dix-neuf communes (dont Guin, son centre économique), s'étend des Préalpes fribourgeoises au Moyen Pays. 10 852 hab. en 1811, 14 512 en 1850, 18 768 en 1900, 24 892 en 1950, 38 299 en 2000. Sa population compte 70% de catholiques (15 paroisses), 11% de protestants (5 paroisses). Unique district entièrement germanophone du canton, il a été créé par la Constitution cantonale de 1848. Son territoire fit partie dès le milieu du XVe s. des Anciennes Terres de la ville de Fribourg, à l'exception du bailliage de Planfayon. Il est desservi par la ligne ferroviaire Berne-Fribourg-Lausanne construite entre 1856 et 1862, par l'autoroute A12 ouverte en 1981 et par un bon réseau routier que parcourent des autos postales. D'abord voué à l'économie agricole et forestière, le district vit s'installer dès les années 1960, surtout dans sa partie inférieure, de nombreuses entreprises industrielles, commerciales et de services, ce qui ralentit fortement l'émigration. L'essor économique du XXe s. s'accompagna d'une ouverture politique et sociale et d'une augmentation des possibilités de formation. Au début du XXIe s., la position du secteur primaire restait plus forte que la moyenne cantonale et nationale, celle du secondaire plus faible. Plus de la moitié de la population active se composait de navetteurs travaillant surtout à Berne et Fribourg.

La S. est le plus gros affluent de la Sarine. Elle marque, depuis 1803, la frontière cantonale avec Berne, sauf près d'Albligen et de Laupen. Elle prend naissance au lac Noir (S. chaude) et au pied du Gantrisch (S. froide). Des vestiges de fortifications médiévales sont visibles le long de ses rives. Son cours inférieur fut rectifié et endigué au XIXe et au début du XXe s. Au XIXe s., elle servait au flottage du bois. Elle est inscrite en grande partie à l'inventaire des sites naturels protégés depuis 1975.


Bibliographie
– P. Boschung, «Die Grenzregelung von 1467 zwischen Bern und Freiburg», in FGB, 47, 1955/1956, 63-108
– P. Boschung, «Freiburger Brückengeschichte am Beispiel von Sensebrück», in FGB, 73, 1966, 7-69
– M. Boschung, «Die Sense - ein Grenz- und Brückenfluss», in Freiburger Volkskalender, 1982, 134-146
Sensebezirk 1848-1998, 1998

Auteur(e): Moritz Boschung / AN