Maloja

Fraction de l'ancienne commune de Stampa, partie de la commune de Bregaglia depuis 2010, et district. Sise à 1815 m d'altitude au sommet du col de la Maloja, sur le plateau engadinois; la fraction, colonisée à partir de Stampa dès le XVe s., englobe les anciens mayens des paysans de Stampa (M., Isola, Capolago, Pila et Orden). 1244 Malongum, 1275 Malodia, rom. Malögia. L'hôtel Kulm, qui fonctionnait également comme relais de poste, exista jusqu'en 1880. Le comte belge Camille de Renesse transforma M. en un lieu de séjour pour l'aristocratie européenne; le Maloja Palace - qui passait à l'époque pour être l'un des plus luxueux d'Europe -, un hôtel-chalet, une église catholique et le château familial Belvédère (inachevé) furent construits entre 1882 et 1884. M. connut son apogée aux alentours de 1900. Les deux guerres mondiales scellèrent le sort de la station en tant que villégiature aristocratique, qui demeura toutefois une destination touristique (16 594 voyageurs par voiture postale sur la route de la M. entre 1882 et 1900, 218 884 entre 1930 et 1952). Les lacs alpins, la réserve naturelle et la plus grande accumulation de marmites glaciaires en Europe attirent les touristes. M. abrite une école primaire. Le district, créé en 1851, réunit les cercles du val Bregaglia et de Haute-Engadine jusqu'au pont de Punt Ota, environ 5 km au-dessus de Zernez.


Bibliographie
– H. Brunner et al., Führer durch das Gletschermühlen-Reservat Maloja und seine Umgebung, 1956
– R. Stampa, Storia della Bregaglia, 1974
– B. Langer, «Maloja-Stätte der Maler und Sucher», in Bündner Jahrbuch, 1982, 32-43
– P. Böckli, Bis zum Tod der Gräfin: das Drama um den Hotelpalast des Grafen de Renesse in Maloja, 1998 (72007)

Auteur(e): Adolf Collenberg / AN