Heinzenberg

Château fort et seigneurie, juridiction faisant partie du district du même nom de 1851 à 2001 (auj. distr. de Hinterrhein GR). Le H. est situé sur le flan gauche de la vallée du Rhin postérieur entre la Viamala en amont et le goulet de Rothenbrunnen (rom. Giuvaulta) en aval et comprend les villages-rues de Cazis et de Thusis au bord de la vallée, les villages groupés de Masein et de Tartar dans le H. inférieur, ceux de Präz, Sarn et Portein dans le H. extérieur, Flerden, Urmein et l'habitat dispersé de la commune de Tschappina étant dans le H. intérieur. 1380 ze Haintzenberg (rom. Mantogna). Cercle de Thusis: 2484 hab. en 1803, 3109 en 1850, 3181 en 1900, 4400 en 1950, 5430 en 1990, 5571 en 2000.

Vestiges d'habitat du Néolithique, surtout près de Cazis. La route romaine longeait vraisemblablement le H. vers la Viamala. Dans le polyptyque rhétique (vers 843), le H. figure en tant que partie du ministerium Tumiliasca (domaine royal de Tumegl/Tomils). A dater du XIIe s., le couvent de chanoinesses de Cazis, qui possédait cinq grands domaines, devint le principal propriétaire foncier du H. Des Walser germanophones colonisèrent la région de Tschappina au XIVe s. Le château de H., construit près de Präz vers 1200, donna son nom allemand au versant gauche de la vallée, où les barons de Vaz établirent le siège de leur seigneurie. Les comtes de Werdenberg-Sargans les suivirent en 1338, les barons de Rhäzuns en 1383. La seigneurie revint aux Werdenberg en 1459 et passa à l'évêque de Coire en 1475. Au XIVe s., le seigneur territorial désignait l'amman des juridictions de H. (Flerden, Portein, Präz, Sarn, Urmein), de Thusis (communautés de Thusis, Cazis, Masein, Tartar) et de Tschappina en choisissant l'un des trois candidats proposés. Le bailli épiscopal de Fürstenau présidait les procès criminels dès 1475. Portein était le centre d'une association de paysans libres qui détenaient la basse justice et se fondirent ultérieurement dans la juridiction de H. Les droits seigneuriaux de l'évêque furent rachetés en 1709. Dans la Ligue grise, les juridictions de H., Thusis et Tschappina constituaient, avec Safien, la haute juridiction de Thusis. Au spirituel, H. dépendait de la grande paroisse de Saint-Jean à Hohenrätien (ou Munt Son Gion). En 1505, l'église Saint-Gall, à Portein, devint l'église paroissiale du H. Toutes les communes, à l'exception de Cazis et d'une minorité à Tartar, passèrent à la Réforme à dater de 1525. Thusis, Cazis et Masein profitèrent de la construction de la route de la Viamala en 1473. Les éboulements se multiplièrent à partir du XVIIIe s. dans la région du torrent Nolla. Des surfaces cultivables furent mises en valeur au fond de la vallée après 1800. Le trafic de transit prit son essor avec la construction de la nouvelle route entre 1818 et 1823, les Chemins de fer rhétiques desservirent Thusis depuis 1896 et les routes du H. furent ouvertes entre 1893 et 1904. En 2002, l'économie alpestre et le tourisme dans le haut de la vallée, le commerce et l'artisanat à Cazis et à Thusis, centre régional, constituaient les principaux secteurs économiques.


Bibliographie
– O.P. Clavadetscher, W. Meyer, Das Burgenbuch von Graubünden, 1984, 154-156
– E. Camenisch, «Das Ringen der Gerichtsgemeinden Heinzenberg, Thusis und Tschappina um ihre politische Unabhängigkeit, 1475-1709», in BM, 1948, 257-277
– L. Schmid, Graubünden, 1971, 94-95

Auteur(e): Jürg Simonett / AN