Bahrdt, Carl Friedrich

naissance 25.8.1740 à Bischofswerda (Haute-Lusace, D), décès 23.4.1792 à Halle, luthérien. Fils de Johann Friedrich, théologien. ∞ Johanna Elisabetha Kühn, née Volland. Etudes de théologie dès 1757, maître ès arts en 1761, professeur à Leipzig en 1766, à Erfurt en 1768, à Giessen en 1771. A l'origine tenant de l'orthodoxie protestante, B. devint rationaliste. Ulysses von Salis lui confia en 1775 la direction de son internat de Marschlins pour qu'il y mette en pratique les principes philanthropiques de Johann Bernhard Basedow. Après des débuts prometteurs, B. se brouilla avec von Salis et dut quitter l'école au bout de quatorze mois. Il rédigea sa biographie en prison, à Magdebourg (1789-1790). La Révolution française fit de B. un rationaliste convaincu. Démis de toutes ses fonctions, il devint aubergiste et se tourna vers un naturalisme franc-maçon. Nombreuses publications sur des thèmes théologiques, philosophiques, pédagogiques et politiques.


Bibliographie
– M. Schmid, Marschlins, 1951
– G. Sauder, C. Weiss, éd., Carl Friedrich Bahrdt, 1992
– O. Jacob, I. Majewski, Karl Friedrich Bahrdt: Bibliographie, 1992
– T. Hoeren, «Präjakobiner in Deutschland, Carl Friedrich Bahrdt», in Zeitschrift für Religions- und Geistesgeschichte, 47, 1995, 55-72

Auteur(e): Gertraud et Rudolf Gamper / CG