Fondamentalisme protestant

Le terme de fondamentalisme remonte à des mouvements conservateurs des Etats-Unis du début du XXe s. qui s'opposèrent à la théologie protestante libérale, en s'attachant à l'inspiration divine et à l'infaillibilité de la Bible et qui ont conservé les conséquences religieuses, politiques et sociales qui en découlaient.

La foi fondamentaliste insiste sur la nécessité d'une conversion personnelle et donne du texte biblique une lecture littérale, réduisant ainsi la foi biblique en croyance en la Bible. Le fondamentalisme recourt à diverses formes d'organisation et de travail: paroisses isolées (Eglise libre Pistos à Lucerne), grandes institutions, comme les Témoins de Jéhovah (Sectes et Eglises libres), partie de communautés plus vastes (Eglises évangéliques réformées) ou d'associations interconfessionnelles (œuvre missionnaire Appel de minuit), écoles (Groupes bibliques des écoles et universités de Suisse romande, par exemple). Il se propage par la formation (académie de théologie indépendante de Bâle), le prêche (Eglise dite "électronique") et par des écrits (Vom Minus zum Plus). Il connaît plus ou moins de nuances, de la forme sévère et militante jusqu'à l'évangélisme biblique modéré, qui utilise lui-même le mot fondamentaliste pour se désigner à l'intérieur comme à l'extérieur. Leur est cependant commune l'opposition aux efforts œcuméniques et aux développements d'une théologie historique et critique.

Le fondamentalisme protestant doit être distingué de la notion plus générale de fondamentalisme, appliquée aujourd'hui, avec une connotation négative, globalement et souvent peu clairement à d'autres idéologies intransigeantes, mais aussi, de manière indifférenciée, à d'autres religions. Malgré certaines similitudes, le fondamentalisme protestant diffère de l'intégrisme catholique qui s'appuie essentiellement sur une certaine conception de la tradition.


Bibliographie
– J. Barr, Fundamentalismus, 1981
– V. Hasler, «Bibelglaube und biblischer Glaube», in Theologische Zeitschrift, 47, 1991, 136-147
– C. Barben-Müller, «Fundamentalismus: Plädoyer für einen kritischeren Gebrauch des Begriffs», in Themen der prakt. Theologie, 29, 1994, 18-33 (avec bibliogr.)

Auteur(e): Marc van Wijnkoop Lüthi / WW