Etrusques

Plusieurs auteurs antiques laissent entendre qu'il y eut des populations étrusques dans l'espace alpin. Alors que Tite-Live (V, 33, 11), sans doute influencé par Les origines de Caton, considérait les Rhètes comme des Etrusques "barbarisés", Pline l'Ancien (Histoire naturelle, III, 133) et Justin (XX, 5, 9; selon Trogue Pompée) parlent d'un certain Raetus qui aurait conduit dans les Alpes les Etrusques chassés de la plaine du Pô par les Gaulois, où ils auraient été appelés Rhètes d'après le nom de leur chef. A l'appui de de cette hypothèse, les chercheurs ont souvent pensé que les alphabets «nord-étrusques» (selon la dénomination de Theodor Mommsen) des peuples alpins, bien que différents, descendaient tous de l'alphabet étrusque (Lépontiens). Or cette observation ne corrobore que l'influence culturelle. L'interprétation des inscriptions n'en est qu'à ses débuts, mais la présence d'éléments linguistiques étrusques dans cette région, voire une parenté avec l'étrusque, semblent à nouveau plausibles. Les récits de l'Antiquité correspondent aux schémas courants de l'ethnographie d'alors (barbarisation, héros éponyme); la question de savoir s'ils reposent sur des observations concrètes reste ouverte. On se demande aussi à quoi se réfère le terme de Rhètes, qui désigne un peuple, mais ne saurait être assimilé à l'aire géographique de la province romaine de Rhétie. Le terme est attesté pour le Trentin et le Tyrol du Sud; il y eut peut-être des Rhètes dans certaines parties des Grisons. Sur le plan matériel, l'influence étrusque (ainsi que la grecque, qui s'interpénètrent en partie) est confirmée par des importations et des imitations locales depuis le IXe s., mais surtout depuis la fin du VIe et au Ve s. av. J.-C. Le travail du métal y fut particulièrement remarquable (aiguières en bronze, situles, heaumes). La région alpine fut aussi un lieu de transit pour le commerce avec l'Europe centrale.


Bibliographie
Das Räterproblem in geschichtlicher, sprachlicher und archäologischer Sicht, 1984
– C. Buchiller, «Le tumulus du Bois Murat et son matériel», in Die Welt der Etrusker, éd. H. Heres, M. Kunze, 1990, 155-163
– M. Guggisberg, «Die Kontakte zwischen der frühkeltischen Schweiz und dem Süden», in ArS, 14, 1991, 75-88
– L. Aigner-Foresti, éd., Etrusker nördlich von Etrurien, 2 vol. 1992
– R. Frei-Stolba, «Räter und Etrusker», in HA, 24, 1993, 17-32
Les Etrusques et l'Europe, cat. expo. Paris, 1992
– M. Schindler, Der Depotfund von Arbedo TI und die Bronzedepotfunde des Alpenraumes vom 6. bis zu Beginn des 4. Jh. v. Chr., 1998
– O.- H. Frey, «Beziehungen zwischen Rätern und Kelten», in Archeologia delle Alpi, 5, 1999, 671-692

Auteur(e): Jürgen von Ungern-Sternberg / UG