Corbières (seigneurie)

Importante seigneurie sur la moyenne Sarine. Elle appartenait à l'origine à la dynastie du même nom (XIe -XIVe s.), mentionnée pour la première fois dans la Pancarte de Rougemont (env. 1080, 1115), avec Guillaume de C. Le premier château fort des XIe-XIIe s. se dressait sur un mamelon qui dominait un important point de passage de la Sarine, déjà utilisé à l'époque romaine (le pont est mentionné pour la première fois en 1343). La seigneurie de C. (all. Korbers) s'étendait pour l'essentiel sur la rive droite de la Sarine entre La Roche et le comté de Gruyère (paroisses de Hauteville et de Villarvolard); elle comprenait en outre la seigneurie de la vallée de la Jogne, créée à la suite de défrichements, avec Charmey et Bellegarde, jusqu'à Montsalvens, mais cette localité non comprise. La fondation en 1136 de l'abbaye d'Humilimont par Lietold et Guillaume II de C. montre qu'ils possédaient des droits à Marsens, Vuippens et Echarlens sur la rive gauche de la Sarine. Des donations aux abbayes du Lac de Joux, de Montheron et d'Hauterive au XIIe s. prouvent qu'ils étaient largement possessionnés dans le Pays de Vaud. De plus, ils détenaient des droits dans le moyen Valais et jusqu'au lac de Thoune (à Spiez en 1280, à Krattigen en 1302). L'enchevêtrement de biens et de droits avec les Grandson et les Gruyère laisse à penser que ces trois dynasties ont une origine commune.

Les seigneurs de C. fondèrent la ville de C. avant 1200. Sous les frères Conon Ier et Ulrich II, les territoires situés à gauche de la Sarine furent séparés en 1224/1225 pour former la seigneurie de Vuippens. En 1249, les châteaux forts de Charmey et de Bellegarde passèrent à deux branches cadettes, mais le nom de la seigneurie et le mandamentum (pouvoir banal) continuèrent à former un tout. En 1250, C. passa sous la suzeraineté de la maison de Savoie. Girard Ier et Girard II de C., seigneurs de Charmey, fondèrent la chartreuse de La Valsainte en 1295. La branche aînée connut un rapide déclin au XIVe s. et s'éteignit en 1363/1364 avec Mermet, coseigneur de C. jusqu'en 1326. La branche cadette de Charmey disparut en 1361, celle de Bellegarde (fondée par Richard de C.) au XVIe s. Les derniers descendants de la famille furent bourgeois de Gruyère et de Fribourg.

En 1326, une partie de la seigneurie fut achetée et transformée en châtellenie par Louis II, seigneur de Savoie-Vaud; une autre en 1330 par les seigneurs de Grandmont. En 1375, toute la seigneurie passa aux Savoie. Elle fut de 1406 à 1443 l'apanage de Humbert, le "bâtard de Savoie". François Ier de Gruyère acquit en 1454 la châtellenie pour 8000 florins et en fit la cinquième bannière de son comté. Hypothéquée à Fribourg en 1543, elle fut définitivement acquise par la ville en 1554 et forma un bailliage jusqu'en 1798. A la place du second château, édifié au XIIIe s., on érigea en 1560 le château baillival, qui fut restauré en 1750. De 1798 à 1803, C. forma avec La Roche une sous-préfecture, ensuite un arrondissement et, à partir de 1815, une préfecture. En 1848, C. fut rattaché au district de la Gruyère.


Bibliographie
– B. de Vevey, Châteaux et maisons fortes du canton de Fribourg, 1978, 79-89, 196-203
– R. Flückiger Mittelalterliche Gründungsstädte zwischen Freiburg und Greyerz, 1984, 71-96
– G. Castelnuovo, Seigneurs et lignages dans le Pays de Vaud, 1994, 88-90 (ital. 1990)

Auteur(e): Ernst Tremp / WW