18/02/2010 | communication | PDF | imprimer

Maschwanden

Comm. ZH, distr. d'Affoltern. Village et restes d'un bourg abandonné en bordure orientale de la plaine de la Reuss, non loin de l'embouchure de la Lorze, ainsi qu'ancien bailliage. 1189 Maswondon. Env. 120 hab. en 1470, 339 en 1634, 507 en 1786, 578 en 1850, 493 en 1900, 424 en 1920, 470 en 1950, 400 en 1970, 553 en 2000.

Mobilier funéraire de la Tène. Le nom de M. apparaît pour la première fois dans les Acta Murensia (vers 1160, copie du XIVe s.) et le bourg fortifié (castrum) est mentionné dans un document de 1260. Au XIIIe s., on y trouvait des milites bourgeois de Zurich, un camerarius et des bourgeois du lieu. La petite ville, d'une superficie de 0,6 ha, était légèrement plus petite que Regensberg. Les murs à l'arrière des maisons servaient de mur d'enceinte. Les fouilles ont mis en évidence la présence d'une tour de défense, d'un puits et d'ateliers d'artisans (potiers, éventuellement forgerons). En 1504, le bourg était abandonné; il n'en restait qu'un lieudit, Stad. Le site, livré aux XIXe et XXe s. à l'exploitation du gravier, a été entièrement détruit (dernières fouilles d'urgence en 1934). Aucune source écrite sûre relative à la fondation ou à l'abandon du bourg ne subsiste. Il se situait en tout cas dans la sphère d'influence des barons d'Eschenbach-Schnabelburg. Sa destruction dans le cadre de la guerre de représailles menée par les Habsbourg après l'assassinat d'Albert Ier, relatée par Johannes Stumpf au XVIe s., reste douteuse, étant donné la tendance des chroniqueurs tardifs à broder sur les faits anciens. Avec les possessions confisquées aux Eschenbach, les Habsbourg créèrent le bailliage de Horgen-M., dont les limites furent fixées en 1339 lors de son attribution aux seigneurs de Hallwyl. En 1406, la ville de Zurich acquit la haute et basse justice sur ce territoire et sépara Horgen de M. Le bailliage de M. fut inclus dans celui de Knonau en 1512.

On trouve une première mention du village de M. en 1277 (apud villam Massewandon). La localité, outre l'église et l'auberge, comprenait un moulin dans sa partie supérieure et des bains dans sa partie inférieure. Dépendants de Mettmenstetten au spirituel au bas Moyen Age, les villageois financèrent la création d'une paroisse et de sa prébende en 1505; le choix du curé se faisait sur proposition de l'assemblée des paroissiens. Leur résistance à l'introduction de la Réforme fut opiniâtre, mais vaine. En 1571, Zurich reprit le droit de patronage à la demande de la communauté. Au XVe s., une partie des terres agricoles étaient labourées et assolées, les autres, vouées à l'économie herbagère et encloses. Le coutumier de 1536 visait surtout à réglementer l'usage du sol et des forêts. Une dispute autour des communaux (1772) conduisit à leur partage partiel en 1801; le solde fut cédé à une corporation d'ayants droit en 1840. Rachat du cens en 1810 et de la dîme en 1816-1835 (de la petite dîme, en 1632 déjà). Remaniement parcellaire en 1930-1934. En 2000, le secteur primaire offrait encore près d'un tiers des emplois à M. En dehors de l'agriculture, les habitants de M. pratiquèrent le travail à domicile (filature du coton par 40% de la population en 1787) et le petit artisanat. Une tannerie, propriété de la famille Leuthold dès 1736, succomba à la pression de la concurrence industrielle après la Première Guerre mondiale. Entre 1854 et 1990, la commune exploita la gravière qui, en 1890, représentait quelque 20% de ses revenus.

La vie politique et culturelle se cristallisa autour d'une société d'intérêt public (1868-1963), qui prit notamment l'initiative de la création d'une bibliothèque municipale (1871), d'un syndicat agricole (1872) et de deux bains publics dans la Lorze, un pour les hommes (1877) et un pour les femmes (1882). La localité s'est peu développée. En 1962, un plan de zone a empêché la construction d'un gros lotissement en bordure du village.


Bibliographie
– B. Schneider et al., Die eigenständige Entwicklung der Gemeinde Maschwanden, 1991

Auteur(e): Martin Illi / VW