Lèpre

Maladie infectieuse due au bacille de Hansen, la lèpre est rarement mortelle. Non soignée par les médicaments découverts dans les années 1940, elle conduit généralement à des lésions de la peau, des muqueuses et des nerfs périphériques. Le malade est souvent défiguré.

Sur le territoire suisse, la lèpre est connue depuis des temps reculés. Saint Romain, dans la seconde moitié du Ve s., aurait rencontré deux lépreux dans une caverne près de Genève (Vie des Pères du Jura). L'aspect terrible des malades ou ladres, la peur de la contagion et la crainte d'une "maladie de l'âme" transformèrent les lépreux en parias, forcés de quitter les centres habités. La mendicité sur les routes devint leur première manière de survivre. Rapidement toutefois, la charité s'organisa en des institutions destinées à enfermer et assister les malades. Entre 719 et 759, l'abbé Otmar fonda la première léproserie à Saint-Gall (Maladrerie).

La documentation des XIIIe-XIVe s. illustre la dualité du statut des lépreux. Si leur condition de reclus et leur souffrance en font des intercesseurs privilégiés entre le commun des mortels et Dieu, la fureur populaire peut aussi se diriger contre eux: en 1321 par exemple, l'évêque de Lausanne doit intervenir pour enjoindre aux curés de calmer leurs paroissiens qui pillent les biens des lépreux, accusés d'avoir participé à l'empoisonnement des puits. Sans jamais provoquer de véritables épidémies (aux XIIIe-XIVe s., les grandes maladreries hébergent chacune en moyenne vingt personnes à la fois), la lèpre demeure endémique au Moyen Age. Elle semble diminuer à partir du XVe s. et disparaît peu à peu des sources, des cas subsistant cependant jusqu'au XVIIIe s. Dans les églises réformées zwingliennes, elle est l'une des rares causes possibles de demande de divorce. Les raisons de sa disparition en Europe demeurent mystérieuses.


Bibliographie
– F. Bühler, Der Aussatz in der Schweiz, 1902
– H.M. Koelbing et al., éd., Beiträge zur Geschichte der Lepra, 1972
Aussatz, Lepra, Hansen-Krankheit, 2 vol., 1982-1986
– P. Borradori, Mourir au monde, 1992
– Ch. Müller, Lepra in der Schweiz, 2007

Auteur(e): Piera Borradori