Soustes

Le terme de souste (all. Sust, parfois gehalthus dans l'Oberhasli, ital. sosta), utilisé principalement en Suisse, désigne un entrepôt, de la fin du XIIIe s. à l'époque des chemins de fer et des gares. L'entreposage temporaire des marchandises en transit se faisait au sec, sous une arcade, ou dans un bâtiment plus spacieux. Dans le convoyage par tronçon, les communautés de muletiers restèrent longtemps indispensables (Sommage); ceux-ci transportaient balles et tonneaux d'une souste à la suivante, à un rythme journalier. Celles appartenant à une commune étaient placées sous la surveillance d'un maître de souste, qui percevait les taxes. En cas de convoyage direct (sans changement de transporteur), les muletiers et autres convoyeurs, se réclamant du droit de souste, utilisaient alors des maisons privées ou des auberges. A l'instigation des marchands milanais, une chaîne de soustes fut créée le long de la route du Simplon et en Valais; c'est dans ce contexte qu'apparaissent les plus anciennes mentions (Loèche et Martigny en 1272). Les premières attestations sur la route du Gothard remontent au XIVe s. (Flüelen en 1309), de même que sur les cols grisons. Il n'en existera pas moins de dix-neuf sur le seul axe Bellinzone-Constance. Hors du domaine alpin, des soustes s'établirent peu à peu aux points de rupture de charge (Lugano en 1370, Thoune Freienhof vers 1400, Lucerne en 1545, Villeneuve VD, Vevey, Morges), où les marchandises changaient de moyen de transport (mulets, chars, bateaux); c'était le cas par exemple dès avant 1399 sur la route du sel menant de Zurich vers la Suisse centrale, à Horgen, Zoug, Immensee et Küssnacht (SZ). Il y avait aussi des soustes sur la route du col de Jougne, à travers le Jura (Les Clées, Jougne). Ces entrepôts étant situés à des emplacements favorables sur les voies de communication, ils servirent aussi à d'autres fonctions (pesage des marchandises, douanes). Bellinzone et Lugano affermèrent temporairement leur souste.


Sources imprimées
SDS BE, II/7
Bibliographie
Idiotikon, 7, 1415-1417
– W. Schnyder, Handel und Verkehr über die Bündner Pässe im Mittelalter zwischen Deutschland, der Schweiz und Oberitalien, 2 vol., 1973-1975
Luzern 1178-1978, 1978, 95-96
– H.C. Peyer, Von der Gastfreundschaft zum Gasthaus, 1987, 253, 269
– G. Chiesi, Bellinzona ducale, 1988, 247-248

Auteur(e): Fritz Glauser / LA